GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Samedi 25 Juin
Aujourd'hui
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Guatemala: l’ex-président Otto Perez passe sa première nuit en prison

    media Otte Perez Molina, ex-président du Guatemala, après l'annonce de sa démission et avant son incarcération, ce jeudi 3 septembre 2015. REUTERS/Jorge Dan Lopez

    Otto Perez Molina est derrière les barreaux. Quelques heures après sa démission, jeudi 3 septembre, le désormais ex-président du Guatemala a été placé en détention provisoire dans une caserne militaire. Un coup de théâtre qui intervient trois jours avant les élections prévues ce dimanche 6 septembre.

    Avec notre correspondant régional, Patrick John Buffe

    Trois jours avant les élections de dimanche, le Guatemala a vécu ce jeudi 3 septembre une intense journée, après la démission du président Otto Perez. Impliqué dans une affaire de corruption, l'ex-chef de l'Etat passe sa première nuit en prison. Et le pays a un nouveau président : Alejandro Maldonado a prêté serment jeudi 3 septembre devant le Parlement. Celui qui était jusque-là vice-président assurera l'intérim jusqu'à la prise de fonction du futur chef de l'Etat, en janvier. Il a annoncé un remaniement complet du gouvernement.

    Remaniement ministériel à la veille des élections

    Deux jours seulement après la levée de son immunité, l’ex-président Otto Perez s'est retrouvé sur le banc des accusés. Durant toute la journée de jeudi, il a comparu devant un juge qui l'a mis en examen. A cette occasion, le ministère public a présenté les écoutes téléphoniques qui l'impliqueraient dans une structure criminelle d'évasion fiscale mise en place dans les services de douanes. A l'issue de cette première audience publique, l'ex-président a été envoyé en prison, afin de garantir sa comparution durant les prochains jours.

    Du côté du Congrès, les parlementaires se sont réunis dans l'après-midi de jeudi. En premier lieu, pour accepter la démission d'Otto Perez. Ils ont ensuite désigné son successeur, en la personne du vice-président, Fernando Maldonado.

    Lors de son discours d'investiture, le nouveau chef de l'Etat a demandé à tous les ministres et hauts fonctionnaires de présenter leur démission en vue d’un remaniement complet du gouvernement. Et cela, trois jours seulement avant les élections présidentielles.

    Alejandro Maldonado, président par interim du Guatemala. REUTERS/Jose Cabezas

    Une décision « historique »

    A l'extérieur du tribunal et sur la place de la Constitution, les Guatémaltèques se sont rassemblés dès les premières heures de la matinée pour fêter la démission du président. Un départ qu'ils réclamaient depuis avril dernier, multipliant depuis les manifestations à un rythme soutenu. « C’est historique, parce que la justice du Guatemala a rarement pu atteindre les personnes les plus puissantes du pays », se félicite Manfredo Marroquin, membre de la branche locale de Transparency international - Action citoyenne.

    Le placement en détention provisoire de l’ancien président, et les poursuites engagées contre lui par la justice, constituent « un message suffisamment clair et fort pour la classe politique qui aspire à diriger ce pays ». Elle a aussi été un électrochoc pour la société civile. « Cette crise a permis de réveiller la population, qui était assez absente et endormie jusqu’à présent. Je crois que grâce à tout cela, la population a prouvé que manifester pacifiquement peut avoir des résultats positifs face à un pouvoir qui ne répond plus à ses intérêts », juge Manfredo Marroquin.

    Se faisant le porte-parole de la société civile guatémaltèque, il dit attendre désormais « une classe politique plus responsable, qui répond aux intérêts du peuple. On ne veut plus de ces dirigeants qui, pendant les  trente dernières années, oubliaient les demandes du peuple une fois élus et ne s’occupaient que de leurs affaires et de s’enrichir illégalement, comme l’a fait Otto Perez Molina. »

    Une manifestante brandit un drapeau du Guatemala, après l'annonce du placement en détention provisoire d'Otto Perez, le 3 septembre 2015. REUTERS/Jose Cabezas

    L'obstacle du « racisme structurel »

    Cette « prise de conscience collective importante au Guatemala n’avait jusqu’à présent jamais été réalisée », constate pour sa part Alain Musset, professeur à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris.

    Mais il pointe cependant le « racisme structurel » de la société guatémaltèque qui, selon lui, est le principal obstacle à tout changement en profondeur du pays. « La société guatémaltèque reste profondément divisée en deux : d’un côté les Métis ou les Latinos, de l’autre les Indiens. On ne se mélange pas, même dans les manifestations », rappelle le chercheur, qui pointe également le climat d’impunité qui règne dans le pays, et dit craindre que dans le dossier Otto Perez, « on aboutisse, là encore, à une impasse dans le système juridique ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.