GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Colombie: un accord décisif vers la paix avec les FARC

    media Poignée de main historique entre le président colombien Juan Manuel Santos et le chef des FARC Rodrigo Londono, à La Havane le 23 septembre. REUTERS/Alexandre Meneghini

    La Colombie peut-être en paix dans six mois. C’est ce qu’a annoncé il ya quelques heures à Cuba le président colombien Juan Manuel Santos. Après trois ans de négociations avec la guérilla marxiste des FARC, les deux parties ont trouvé un accord sur le sort judicaire des guérilleros après leur démobilisation et la fin du conflit serait très proche.

    Avec notre correspondante à Bogota,  Zoe Beri

    La guérilla avait annoncé des avancées dans le processus de paix. Mercredi 23 septembre, tout s’est accéléré : le chef de l’Etat colombien a décollé pour La Havane avec une délégation de personnalités politiques de tous bords. Quelques heures plus tard, il surprenait tout le monde par son annonce : « Le chef du secrétariat des FARC et moi nous sommes mis d’accord : ces négociations doivent terminer et l’accord final être signer dans six mois au plus tard. Et ce n’est pas n’importe quel accord. C’est la fin d’une guerre qui a duré 60 ans, la plus longue sur notre continent, la seule de notre continent. »

    Celle-ci survient dans des conditions exceptionnelles : pour la première fois, le président colombien a rencontré le chef de la guérilla des FARC Timoleon Jimenez, alias Timochenko. Les deux hommes ont présenté le texte qui marque un tournant dans ces négociations. Il prévoit très précisément comment seront jugés les responsables du conflit colombien. Un tribunal ad hoc sera créé. Des sanctions de cinq à huit ans maximum de peines aménagées sont prévues pour ceux qui reconnaissent leurs torts. Jusqu’à 20 ans de prison pour ceux qui se refusent aux aveux. Les cas les plus graves, disparitions, enlèvement, torture, viol, ne pourront pas faire l’objet d’amnistie.

    Ce régime judiciaire sera appliqué non seulement à la guérilla, mais aussi à ceux qui directement ou indirectement ont participé à la guerre: militaires, chefs d’entreprises et hommes politiques. Cet accord était le cinquième et dernier point de fond sur lequel les deux parties devaient s’entendre. Sans doute le plus difficile. Les négociations de paix entrent dans leur phase finale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.