GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Décembre
Mardi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord
    Amériques

    Le pape François ovationné par les élus américains du Congrès

    media Le pape François a été ovationné lors de son discours, ce 24 septembre, devant le Congrès américain. Derrière lui, le vice-président Joe Biden (g) et le porte parole de la Maison Blanche John Boehner (d). REUTERS/Kevin Lamarque

    C’est un discours historique que le pape François a prononcé ce jeudi devant le Congrès américain à Washington. Pour la première fois, un pape s'est adressé aux deux chambres du Parlement. Un discours de près d'une heure.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Marie Capomaccio

    Les élus du Congrès, debout, ont accueilli le pape François jeudi. Cela n'était jamais arrivé. Dès la première phrase de son discours historique de quarante minutes devant le Congrès, le pape a été ovationné. Le Saint-Père a en effet cité l’hymne américain, saluant « la terre des hommes libres et la patrie des braves ».

    Ils sont plus de 50 000 à avoir assisté à cette intervention en anglais devant l’esplanade du Capitole, à Washington. Ils ont assisté à un cours magistral de politique et d’humanité livré à leurs élus par le chef de l’Eglise catholique. Le pape François a abordé dans un langage très direct tous les débats qui traversent la société américaine et le Congrès. Des sujets de controverses sur lesquels les élus sont loin de s’entendre. L’abolition de la peine de mort, par exemple, car « toute vie est sacrée ». Ou les ventes d’armes qui infligent « des souffrances inqualifiables et génèrent de l'argent trempé dans le sang ».

    Les élus ont été aussi tancés par le pape sur l'immigration, un sujet délicat s'il en est. La majorité républicaine au Congrès est vent debout contre le projet de régularisation de la Maison Blanche, et les candidats conservateurs à la présidentielle parlent d'expulser des millions de sans-papiers. Le pape François répond : « N'ayez pas peur des migrants. »

    Comme Paul Ryan, républicain du Wisconsin, les élus préfèrent retenir la valeur spirituelle du message papal. « Ce discours était un discours pastoral, souligne-t-il. C'était la voix de Saint Pierre qui ne s'adressait pas seulement au Congrès, mais à tous les Américains. »

    Le pape François s’est dit inspiré par le rêve de Martin Luther King et sa marche pour les droits des Afro-Américains. Il a exhorté les élus à adopter des stratégies courageuses. La foule a écouté, applaudi, chanté et attendu jusqu’au dernier moment. Jusqu’à la bénédiction papale au balcon du Capitole.

    Les Américains, catholiques ou non, sont séduits par ce pape qui se déplace en Fiat 500. Un pape humble, c'est le mot qui revient le plus souvent.

    Après son discours devant le Congrès, le pape François est apparu au balcon du Capitole, saluant en espagnol une foule de plusieurs milliers de personnes. Washington, le 24 septembre 2015. REUTERS/Carlos Barria

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.