GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Mexique: peu de réponses un an après la disparition des 43 étudiants

    media Ce jeudi 24 septembre, les parents des 43 étudiants disparus ont rencontré le président mexicain Pena Nieto. A l'issue de leur réunion, ils ont donné une conférence de presse, à Mexico. REUTERS/Henry Romero

    Ce samedi 26 septembre, cela fera un an qu’ont disparu les 43 étudiants d’Ayotzinapa, dans l’Etat de Guerrero, au Mexique. Attaqués et séquestrés par des agents de la police municipale d’Iguala, ils auraient été remis à un groupe de narcotrafiquants qui les auraient assassinés. Où en est aujourd’hui cette affaire ? Que sont devenus ces jeunes étudiants ?

    De notre correspondant à Mexico,

    Douze mois après les faits, on ignore toujours si les 43 étudiants d’Ayotzinapa sont morts ou s’ils sont encore vivants. Et cela, malgré l’arrestation de plus d’une centaine de personnes, malgré la découverte de cendres provenant d’une décharge, où les étudiants auraient été incinérés, et malgré les analyses d’un laboratoire de pointe autrichien qui a réussi à identifier les restes calcinés de deux des étudiants disparus.

    De plus, de nouveaux éléments viennent d’être versés au dossier, notamment le rapport d’experts internationaux qui a eu l’effet d’une bombe au Mexique : après six mois d’enquête sur place, ils ont catégoriquement réfuté la thèse des autorités qui prétendent que ces jeunes ont été brûlés dans une décharge. Selon ces experts, c’est matériellement impossible. Ils considèrent aussi que le ministère public a négligé certains éléments de l’enquête, d’où les recommandations faites aux autorités mexicaines de suivre de nouvelles lignes d’investigation, tel le rôle des militaires dans cette affaire.

    Les parents des étudiants disparus veulent des preuves

    Durant les douze derniers mois, les parents des 43 étudiants disparus n’ont pas cessé de manifester, ce qu’ils vont encore faire ce samedi 26 septembre, à Mexico, pour commémorer ce triste anniversaire. Ce qui est sûr, c’est qu’ils continuent à se battre pour que leurs enfants soient retrouvés vivants, car tant qu’ils n’ont pas de preuves scientifiques irréfutables, ils restent convaincus qu’ils sont toujours en vie.

    Voilà pourquoi ils ont réfuté les conclusions du laboratoire autrichien qui a identifié il y a quelques semaines des restes qui seraient ceux d’un second étudiant. Les parents des victimes considèrent que l’origine de l’os analysé est incertaine et que les éléments de preuve sont trop minces. Et, d’ailleurs, même s’il s’agissait effectivement d’un second étudiant, cela ne voudrait pas encore dire que les autres ont été aussi brûlés ou qu’ils sont morts.

    Ce jeudi 24 septembre, le président Peña Nieto a reçu pour la seconde fois en un an les familles des victimes. Cette réunion s’est déroulée dans un climat de suspicion, et cela, malgré l’apparente main tendue du président; car depuis qu’ont disparu les étudiants, leurs parents, et d’une manière générale la société, ne font plus confiance aux autorités. Dans ces conditions, il était illusoire de croire que cette rencontre permettait de faire avancer les choses. A l’issue de la réunion, les familles des victimes ont reconnu qu’elles n’avaient rien obtenu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.