GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La conférence des représentants des cultes (CRC) réunit les Eglises catholique, orthodoxe, protestante, ainsi que les représentants de l'islam, du judaïsme et du bouddhisme. Le chef de l'Etat réunit ensuite (à 8h45) un conseil de sécurité et de défense avant le traditionnel conseil des ministres.

    Amériques

    Etats-Unis: Shell interrompt ses forages en Alaska

    media Des militants de Greenpeace, à bord de kayaks, tentent de bloquer dans le port de Seattle, le 15 juin 2015, la plateforme de forage de Shell «Polar Pioneer» en partance pour l'Arctique. AFP PHOTO / TIM EXTON

    Le groupe pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell a décidé lundi 28 septembre l’arrêt de ses explorations en Alaska. En cause : les premiers résultats, jugés insatisfaisants.

    L’autorisation du président américain Barack Obama à Shell de forer sous la mer des Tchouktches dans l’Arctique en mai 2015, avait provoqué l’ire des écologistes. Mais après deux mois d’explorations, le géant du pétrole a estimé que les premiers résultats n’étaient pas assez concluants pour poursuivre les recherches. Les opérations avaient commencé fin juillet. Shell avait alors creusé un puits, le Burger J, « jusqu’à une profondeur de 6 800 pieds », soit 2 070 mètres, à environ 240 km au large de la petite ville de Barrow en Alaska.

    La décision du groupe de cesser ses recherches « reflète à la fois le résultat du puits Burger J, les coûts élevés associés au projet et l’environnement de régulation difficile et imprévisible au niveau fédéral pour le large de l’Alaska». Pour autant, « Shell continue de reconnaître un potentiel d’exploration important dans ce bassin, a précisé le groupe pétrolier dans un communiqué. Cette zone devrait à terme revêtir une importance stratégique pour l’Alaska et les Etats-Unis. Toutefois le résultat de l’exploration est clairement décevant pour cette partie du bassin. »

    Des opérations controversées

    Les opérations avaient provoqué la colère des organisations écologistes comme GreenPeace, dénonçant les risques pour « les populations de l’Arctique, la faune et notre climat ». Le président américain avait alors promis des « règles les plus exigeantes possibles » pour éviter toute pollution. Il avait également soutenu que l’économie américaine devait « encore s’appuyer sur le pétrole et le gaz ».

    Le 29 octobre prochain, le groupe détaillera, lors d’une présentation de ses résultats financiers, les charges enregistrées liées à ce retrait. Il a, pour l’heure, seulement précisé que son activité dans la région pesait environ 3 milliards de dollars dans son bilan et qu’il devra payer 1,1 milliard de dollars aux sous-traitants en vertu des engagements préalables.

    (avec AFP)
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.