GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: de nouvelles exécutions capitales suspendues

    media Soulagement des soutiens et des proches de Richard Glossip, devant le centre pénitencier de McAlester, le 30 septembre 2015. REUTERS/Nick Oxford

    La justice de l'Oklahoma a reporté sine die trois exécutions capitales prévues dans cet Etat, en raison d'un doute sur l'un des produits composant l'injection létale administrée aux condamnés à mort. Cette décision intervient trois jours après la suspension in extremis de l'exécution d'un condamné à mort pour les mêmes raisons. Le décès l'an dernier dans l'Oklahoma d'un condamné dans d'atroces souffrances suite à une injection ratée avait suscité une vive émotion et relancé le débat sur les méthodes d'exécution aux Etats-Unis.

    La plus haute cour pénale de l'Oklahoma accorde donc un répit à Benjamin Cole, John Grant et Richard Glossip - trois détenus dans le couloir de la mort qui devaient être exécutés respectivement les 7 octobre, 28 octobre et 6 novembre. Leurs exécutions sont désormais suspendues pour une durée indéfinie.

    Les juges ont émis des doutes sur un produit utilisé dans l'assemblage de substances mortelles administrées aux condamnés à mort. En avril 2014, l'exécution de Clayton Lockett dans l'Oklahoma, mort dans d'atroces souffrances après 40 minutes d'agonie, à la suite d'une injection ratée, avait provoqué l'indignation et relancé le débat sur les méthodes d'exécution. L'Oklahoma avait alors décrété un moratoire de six mois et une révision de son protocole d'exécution.

    Surdosage

    Les exécutions de condamnés par injection létales ont été marquées ces dernières années par des problèmes de surdosage, des cas d'intolérance aux hypnotiques ou des erreurs dans la préparation des doses. Les prisons américaines en rupture de stock doivent également face au boycott des firmes pharmaceutiques, en majorité européennes, qui refusent de les approvisionner en produits mortels.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.