GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A l’ONU, la Syrie se dit victime des terroristes

    media Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem devant l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 2 octobre 2015. REUTERS/Mike Segar

    L'assemblée générale de l'ONU s'achève à New York. La Syrie a occupé l'essentiel des débats cette semaine avec notamment les frappes russes qui ont commencé. Ce vendredi, le représentant du gouvernement syrien était invité à la tribune. Bachar el-Assad n'a bien sûr pas fait le déplacement aux Etats-Unis. C'est Walid Mouallem, son ministre des Affaires étrangères qui s'est exprimé devant l'Assemblée générale.

    Avec notre envoyée spéciale à New York, Anne Corpet

    80% des 240 000 victimes du conflit syrien ont été tuées par le régime de Bachar el-Assad. Ces chiffres ont été répétés toute la semaine à New York par un camp occidental résolument hostile au maintien du président syrien au pouvoir. Mais Walid Mouallem s'est présenté devant l'Assemblée comme une victime : victime du terrorisme, victime de l'ostracisme de nations qui remettent en cause la légitimité de son gouvernement.

    « La Syrie ne peut pas mettre en œuvre le processus démocratique alors que les missiles lancés par des terroristes nous assaillent chaque jour », a plaidé le ministre syrien des Affaires étrangères. Il a ensuite assuré que son pays était prêt à participer aux consultations préliminaires souhaitées par l’ONU dans la perspective d'un futur accord de paix.

    Sibyllin, il a précisé : « personne n'obtiendra à la table des négociations ce qu'il n'a pas pu obtenir sur le terrain ». Walid Mouallem a qualifié d'inutile les bombardements menés sans coordination avec l'armée syrienne avant de conclure : «les frappes russes sont un exemple de participation efficace à la lutte contre le terrorisme. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.