GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Ouverture d’une enquête sur les comptes de campagne de Dilma Rousseff

    media La présidente brésilienne Dilma Rousseff annonce un remaniement ministériel, le 02 octobre 2015. REUTERS/Ueslei Marcelino

    Le tribunal électoral brésilien, le TSE, a estimé mardi 6 octobre qu'il y avait suffisamment de raisons pour enquêter sur les comptes de campagne de l'actuelle présidente brésilienne. Réélue l'an dernier à une courte majorité Dilma Rousseff voit sa popularité fortement mise à mal en raison du scandale de corruption Petrobras et de la grave récession économique en cours. L'enquête du TSE a été réclamée par la principale formation de l'opposition.

    Au Brésil, le tribunal suprême électoral estime avoir suffisamment de preuves pour ouvrir l'enquête sur les fonds de la campagne électorale de Dilma Rousseff. C’est la première fois que la justice électorale ouvre une enquête de ce genre contre un président en exercice. Jusqu'à présent, seuls des gouverneurs avaient été visés par ce type de procédure.

    Le tribunal suprême électoral avait pourtant approuvé les comptes de campagne de Dilma Rousseff. Une enquête avait été lancée mais archivée en février dernier, pour cause de « preuves fragiles », selon la magistrate du tribunal suprême électoral, en charge de l'affaire. C'est à la demande du PSDB, le parti de centre droit d’Aecio Neves, candidat malheureux à l’élection présidentielle d’octobre dernier, que le TSE a donc décidé de rouvrir le dossier. Selon le PSDB, Dilma Rousseff du Parti des travailleurs et son co-listier Michel Temer du PMDB, membre de la coalition gouvernementale, ont financé leur campagne avec des fonds détournés d’entreprises liées au scandale de corruption de Petrobras.

    Dilma Rousseff et Michel Temer pourraient perdre leur mandat, et de nouvelles élections seraient organisées, indique Carta Capital. Mais on n'en est pas encore là. La présidente et son vice-président devront présenter leur défense et des témoins. Et il paraît difficile que des conclusions soient annoncées d'ici la fin de l'année, selon les responsables du tribunal suprême électoral cités dans Folha de Sao Paolo.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.