GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Peine de mort aux Etats-Unis: polémique sur les poisons utilisés

    media En 2014, la lente et cruelle agonie de Clayton Lockett (gauche) avait déjà obligé la direction de la prison à reporter l'exécution de Charles Warner (droite), prévue le même jour. REUTERS/Oklahoma Department of Corrections

    L’administration pénitentiaire de l’Etat d’Oklahoma est à nouveau sur la sellette, accusée d’avoir utilisé des drogues inappropriées lors d’exécutions capitales. Le rapport d’autopsie de Charles Warner, exécuté en janvier dernier, vient d’être rendu public. Ce document montre l’utilisation de produits de substitution qui provoquent une mort lente, et dans la souffrance. Ce n’est pas le premier cas.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    En 2014, en Oklahoma, l’exécution ratée d’un condamné avait provoqué la colère des militants anti-peine de mort. Clayton Lockett avait mis 40 minutes avant de mourir d’une crise cardiaque. Une enquête a prouvé par la suite que la perfusion de produits létaux avait été mal posée.

    Le cas de Charles Warner est différent, le rapport d’autopsie qui vient d'être rendu public montre que c'est de l’acétate de potassium, et non du chlorate de potassium a été injecté. Sans doute une inversion des produits pas erreur d’après le juge. La mort est intervenue 20 minutes après l’injection, là encore dans la souffrance. Une enquête vient d’être diligentée.

    On comprend mieux pourquoi la gouverneure de l’Etat a suspendu l’exécution du détenu Richard Glossip, il y a quelques jours. Mary Fallin a expliqué qu’elle avait des doutes sur les substances utilisées. Le détenu a donc bénéficié d’un report in extremis. Richard Glossip a toujours clamé son innocence, et ses soutiens sont nombreux. Ses avocats vont exploiter les erreurs de l’administration pénitentiaire de l’Oklahoma pour tenter de gagner du temps.

    → A (re)lire : Etats-Unis, un rapport accablant sur les ratés de la peine de mort

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.