GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Fusillade de l'Oregon: Barack Obama fraîchement accueilli à Roseburg

    media Certains habitants de Roseburg et de sa région ont témoigné leur hostilité au président américain en visite ce 9 octobre, soupçonné d'oeuvrer en faveur d'un contrôle de la vente d'armes.t REUTERS/Amanda Loman

    Alors que trois des neuf victimes de la fusillade de Roseburg dans l’Oregon vont être enterrées ce samedi 10 octobre, toutes les trois âgées de 18 ans, le président s’est rendu hier dans la ville en deuil pour réconforter les familles, mais il n’a pas été accueilli à bras ouvert par la population. La question du contrôle de la vente des armes à feu était présent dans bien des esprits.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    « Obama go home », « Obama retourne chez toi », c’est par ce slogan affiché tout au long de son parcours que le président américain a été accueilli dans cette petite ville très conservatrice dont les habitants sont très attachés à leur fusil. Ils reprochent à Obama d’avoir politisé le débat sur les armes et craignent qu’après la fusillade sur le campus de Roseburg, le président rende l’achat d’armes plus difficiles par décret présidentiel sans passer par le Congrès qui refuse un contrôle plus strict.

    « Les méchants auront toujours des armes et commettront des crimes, explique cet habitant. La preuve absolue, c’est que cette université était une zone protégée ».

    Mais Barack Obama s’est gardé de toute discussion politique au cours des quelques heures qu’il a passé à Roseburg. « Il va nous falloir ensemble, en tant que pays, voir comment éviter que ce genre d’incident se reproduise, mais aujourd’hui ce qui compte, ce sont les familles, leur chagrin et comment nous pouvons les réconforter » a assuré le président américain.

    Barack Obama s’est entretenu avec les familles des neuf victimes dans une école. Cependant, quatre sénateurs ont planché sur un projet de loi qui durcirait la législation actuelle sur la vérification préalable des antécédents judiciaires et psychiatriques de tout acheteur d’armes.

    → à (re)lire: Tuerie en Virginie: le débat sur les armes relancé aux Etats-Unis

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.