GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Football: l'équipe de France a battu celle du Cameroun 3-2 en match de préparation
    Amériques

    Etats-Unis: premier débat des candidats démocrates à la présidentielle

    media Bernie Sanders va défier Hillary Clinton aux primaires démocrates. REUTERS/Jonathan Ernst

    Le premier débat des candidats démocrates à la présidentielle américaine a lieu mardi soir 13 octobre à Las Vegas. Cinq candidats vont s’affronter pour une élection primaire. La grande favorite reste Hillary Clinton, mais l’avance de l’ancienne secrétaire d’Etat a fondu au cours des derniers mois. Le candidat Bernie Sanders, qui se présente comme « socialiste démocrate », n’est plus qu’à une douzaine de points d’Hillary Clinton. Les trois autres candidats, Martin O’Malley, Lincoln Chaffee, et Jim Webb atteignent difficilement 1% d’intentions de vote.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    Les « petits candidats » auront du mal à être audibles, il faudrait un miracle pour que l’un d’entre eux sorte de la marge d’erreur dans les sondages. Ce débat à cinq est en réalité un face à face Clinton / Sanders sur lequel se projette l’ombre d’un absent bien encombrant. Chacun doit se définir par rapport à Barack Obama, s’en détacher, sans pour autant renier sa politique.

    Bernie Sanders explique que le président n’est pas allé assez loin dans l’augmentation des bas salaires ou la taxation de Wall Street, et il a toujours rejeté l’accord commercial Transpacifique, au nom de l’emploi.

    Pour Hillary Clinton, la différence se fait par petites touches, au gré des sondages, disent les mauvaises langues. L’ancienne secrétaire d’Etat vient à son tour de prendre ses distances avec le TPP, dont elle a pourtant été l’avocate fervente au département d’Etat. La candidate estime aussi que le président aurait dû légiférer par décret sur les armes, et elle promet d’aller plus loin, et plus vite, dans la régularisation des sans-papiers.

    Jusque-là, les démocrates sont restés d’une élégance rare, pas d’insultes, pas d’attaques personnelles. Chacun a promis de rester fair-play jusqu’au bout de la campagne.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.