GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Mexique rouvre l'enquête sur la disparition des 43 étudiants

    media Des manifestants à Guadalajara, le 8 octobre 2014, tiennent des photos des étudiants disparus dans l'Etat de Guerrero, au Mexique. REUTERS/Alejandro Acosta

    Au Mexique, la disparition de 43 étudiants dans l’Etat du Guerrero est toujours à la Une de l’actualité, un an après. En effet, devant la pression des familles et de la communauté internationale, le gouvernement vient d’annoncer la réouverture de l’enquête. Début septembre, un rapport indépendant avait réduit à néant la thèse officielle.

    Le président mexicain Enrique Pena Nieto veut convaincre les citoyens qu’il cherche lui aussi la vérité sur la disparition de ces 43 étudiants. Des moyens supplémentaires ont été alloués, des satellites et des drones vont être mobilisés et de nouveaux enquêteurs vont travailler en tandem avec des experts internationaux.

    Depuis un an, cette affaire érode la crédibilité du chef de l'Etat. Il a d'abord mis trop de temps à se saisir de l'affaire et ensuite les conclusions de l’enquête officielle, selon lesquelles les étudiants ont été livrés par la police locale à un gang qui les a incinérés, n’ont jamais convaincu personne.

    Calcinés et non identifiables ?

    Mieux, la parution le mois dernier d’un rapport d’experts indépendants affirme que, contrairement à ce que dit l’enquête, les corps ne peuvent avoir été brûlés au point de ne plus être identifiables. La présence de l’armée et de la police fédérale près du lieu où les étudiants ont été enlevés aurait été un peu vite évacuée.

    Le gouvernement s’engage donc à suivre les dix recommandations du rapport, par exemple sur la relance des recherches qui seront désormais menées en collaboration avec les familles. Par contre, il refuse toujours que les militaires présents la nuit de la disparition puissent être directement interrogés par des experts indépendants. Une attitude qui, si elle reste inchangée, laissera toujours selon ces experts planer un doute sur ce qui s’est réellement passé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.