GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Aujourd'hui
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Benghazi: Clinton impassible face aux attaques des républicains

    media Hillary Clinton lors de son audition devant la commission spéciale créée par la majorité républicaine de la Chambre des représentants, le 22 octobre 2015. REUTERS/Jonathan Ernst

    Onze heures d’audition sur l'attentat de Benghazi. Hillary Clinton a répondu, jeudi, aux questions de douze parlementaires - sept républicains et cinq démocrates -, sur les faits qui ont conduit à la mort de quatre ressortissants américains le 11 septembre 2012, parmi lesquels l’ambassadeur Stevens. Aucune nouvelle information n’a été obtenue malgré les nombreuses questions, et les milliers de documents examinés. L’ancienne secrétaire d’Etat est restée très calme, et les passes d'armes ont eu lieu entre parlementaires.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    Ce fut un affrontement entre parlementaires républicains et démocrates, sous les yeux du public... et d’Hillary Clinton. Et globalement, rien de nouveau n’est ressorti de cette audition sur les évènements de Benghazi.

    Les conservateurs ont insisté sur les mesures de sécurité qu’Hillary Clinton aurait dû prendre pour protéger les diplomates en Libye. « Pourquoi leurs nombreuses demandes, pour une meilleure sécurité, [...] ont-elles été refusées à Washington ? » Cette question, posée depuis 2012, a été répétée une  fois encore par le républicain Trey Gowdy, et elle n'a pas reçu de nouvelle réponse. « J'ai eu plus d'insomnies que vous tous réunis, leur a concédé l'ancienne secrétaire d'Etat, non sans émotion. Je n'ai pas cessé de penser à ce que nous aurions pu faire de plus. »

    Les démocrates, pour leur part, sont revenus sur les sept précédentes commissions d’enquêtes qui ont conclu que la chef de la diplomatie de l'époque n’avait pas pris de mauvaise décision, et ont maintes fois accusé les républicains d’avoir comme seul objectif de faire baisser Hillary Clinton dans les sondages.

    La tension entre membres de la commission était évidente, et l’agressivité à l’égard d’Hillary Clinton parfois à la limite de la politesse, mais à aucun moment les positions de part et d’autre n’ont semblé évoluer.

    Visée électorale

    Si cette audition d’Hillary Clinton devait être un moment important dans l’enquête sur l’attaque de Benghazi, c’était aussi un jour qui devait marquer un tournant dans l’actuelle campagne pour l’élection présidentielle.

    Côté républicains, on n’a pas marqué les points escomptés, car les conservateurs n’ont pas réussi à déstabiliser l’ancienne secrétaire d’Etat. Deux élus républicains et un expert du panel ont d’ailleurs expliqué avant l’audition que le but était d’abattre Hillary Clinton. Les élus se savaient donc observés.

    Côté démocrate, on était inquiets, et on attend sans doute les nouveaux sondages, pour savoir si cette interminable audition a porté préjudice à la candidate Clinton, en course pour l'investiture démocrate à la prochaine présidentielle. Manifestement les élus du parti présidentiel s’étaient entendus pour venir à son secours, et pour être à l’offensive, au moment où elle semblait en difficulté.

    Mais en réalité Hillary Clinton était extrêmement bien préparée. Et si à certains moments, la candidate a semblé fatiguée, excédée même, elle n’a jamais élevé la voix, et n’a jamais perdu son calme. Et ce sont les membres démocrates du panel, comme Elijah Cummings, qui ont dit tout haut ce qu'elle pensait sans doute tout bas : « Le moment est venu pour les républicains d'arrêter cette coûteuse enquête qui ne mène à rien. Nous devons arrêter la politicaillerie pour faire de la politique, au sens noble. »

    Les Américains sont certainement peu nombreux à avoir suivi l’intégralité de cette audition marathon pourtant télévisée et se feront une idée sur les quelques secondes qui seront diffusées dans leur journal habituel.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.