GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Violent accrochage entre l'armée et l'ELN en Colombie

    media Ces accrochages avec l'ELN surviennent au lendemain d'un scrutin local et régional. Square Bolivar, Bogota, le 25 octobre. REUTERS/John Vizcaino

    En Colombie, onze soldats et un policier ont été tués, trois autres blessés, lundi, au cours d’une embuscade de la guérilla de l’ELN (Armée de libération nationale) dans le département du Boyaca, à quelque 250 kms au nord de Bogota. L’incident s’est produit au lendemain des élections municipales qui se sont déroulées dans le calme.

    La satisfaction des pouvoirs publics a fait long feu. Dimanche, le gouvernement saluait l’élection « la plus tranquille et la plus pacifique » de l’histoire récente du pays alors que la grande guérilla des FARC est sur le point de signer un accord de paix, après trois ans de difficiles négociations. Et l’ELN (qui compterait encore entre 2 et 3000 hommes en armes) est engagée dans des pourparlers préparatoires depuis janvier 2014, rapporte notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detœuf.

    Mais lundi soir, le président Juan Manuel Santos appelait l’armée à « redoubler d’efforts contre l’ELN ». Dans la matinée, l’organisation armée avait attaqué à l’explosif l’escorte militaire d’une commission électorale qui s’était déplacée dans une réserve indienne du Boyaca. Un soldat avait également été tué la veille dans le département d’Antioquia. Il y a une semaine, c’est l’armée qui disait avoir tué 9 « Elenos » comme sont appelés les guérilleros du mouvement.

    Cette recrudescence des affrontements intervient alors que des négociations de paix officielles sont sur le point de démarrer avec l’ELN. Comment interpréter l’embuscade de lundi? A-t-elle été décidée par le COCE, le commandant central de l’organisation armée, ou est-elle le fait d’un détachement rebelle de la guérilla, hostile aux négociations ?

    Dans les deux cas, l’offensive rappelle que le dialogue avec l’ELN sera difficile.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.