GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Euro 2016 : Portugal - Pologne 5-3 tirs au but (1-1 après prolongation). Le Portugal est qualifié pour les demi-finales.
    Amériques

    Québec: l’agression présumée d’Amérindiennes par des policiers choque

    media Manifestation d'Amérindiens le 21 décembre 2012 à Ottawa. REUTERS/Chris Wattie

    Au Québec, les policiers du poste de Val d’Or, dans le nord de la province, sont toujours sur la sellette. Une émission d’enquête à la télévision de Radio-Canada a révélé jeudi dernier, 22 octobre, que huit d’entre eux auraient agressé physiquement et peut-être même sexuellement des femmes amérindiennes. Ces membres de la Sécurité du Québec étaient déjà sous enquête, mais depuis les choses se sont accélérées.

    de notre correspondante à Québec,

    Cette affaire fait la Une des médias depuis quelques jours au Québec. Ce mardi 27 octobre, le Parti québécois a réclamé la démission de la ministre de la Sécurité publique. Selon le chef de l’opposition, elle aurait manqué de jugement. Si l’enquête a démarré en mai dernier sur huit policiers de la ville minière de Val d’Or, il a fallu que les présumées victimes amérindiennes témoignent à l’écran la semaine passée pour que la ministre décide de suspendre ces agents. Un geste qui a provoqué du coup la colère de l’ensemble des policiers du poste concernés. Ils sont tous restés chez eux ce week-end, et ont lancé une pétition pour demander des excuses à la ministre. De leur côté, une quarantaine de chefs des nations autochtones ont organisé une réunion d’urgence à Val d’Or pour réclamer, entre autres, une commission d’enquête indépendante car le lien de confiance entre la population et le système de justice serait rompu selon eux.

    Profond malaise et racisme

    Cet évènement prend autant d’ampleur parce les rapports entre les Québécois et les autochtones sont souvent difficiles, en particulier dans des localités comme Val d’Or, qui compte plusieurs communautés amérindiennes à quelques kilomètres du centre. Ces communautés vivent complètement en marge du reste du Québec, parquées dans des réserves surpeuplées et sans emploi. L’alcool et la drogue font souvent partie de leur quotidien, ce qui les amène à avoir affaire aux policiers. Les femmes qui ont témoigné à la télévision ont raconté avoir été emmenées en auto-patrouille, puis laissées en forêt, loin de la ville, en plein hiver, durant la nuit. De leur côté, des habitants de Val d’Or confient en avoir assez de voir des Amérindiens en état d’ébriété traîner dans la rue. Tout cela, au fond, témoigne d’un profond malaise, et de relations souvent basées sur le racisme. L’enquête menée sur les policiers du poste 144 a donc une résonnance bien plus grande que les faits précis reprochés à certains agents.

    1 200 femmes autochtones assassinées ou disparues depuis 30 ans

    Le Premier ministre du Québec Philippe Couillard a évoqué la possibilité de tenir une enquête sur la violence faite aux femmes autochtones. Il a d’ailleurs rappelé que les membres des Premières nations vivent sous la dépendance d’une vieille loi, la Loi sur les Indiens, qui date de 1876, et qu’il faudrait peut-être changer cette législation. De leur côté, les chefs autochtones réunis d’urgence réclament de rencontrer très rapidement le Premier ministre. Ils espèrent que le nouveau Premier ministre du Canada, Justin Trudeau, va tenir sa promesse d’organiser une commission d’enquête pour faire la lumière sur les cas de 1 200 femmes autochtones assassinées ou disparues depuis 30 ans. Cette violence subie par les membres des Premières nations est sans aucune mesure avec celle vécue par le reste de la population. Le choc provoqué par les incidents de Val d’Or va peut-être accélérer les choses.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.