GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Août
Jeudi 17 Août
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
Aujourd'hui
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'écrivain, dont l'extradition est réclamée par Istanbul, est libre à condition de rester à Madrid, précise son avocat, Ilias Uyar. L'écrivain, en vacances à Grenade, dans le sud de l'Espagne, a été arrêté samedi en vertu d'un mandat d'arrêt émis par Interpol à la demande de la Turquie. Une arrestation dans le cadre d'une «traque ciblée contre les détracteurs du gouvernement turc vivant en Europe», déclarait hier son avocat. Un représentant du ministère allemand des Affaires étrangères indiquait hier que l'Allemagne était en contact avec les autorités espagnoles pour exiger que Berlin soit impliqué dans toute procédure d'extradition, tout en soulignant qu'aucune extradition ne devait justement avoir lieu, rapporte l'agence Reuters. Dogan Akhanli a fui la Turquie en 1991 et s'est installé à Cologne, en Allemagne, en 1995.

    Amériques

    Vers un cessez-le-feu bilatéral en Colombie

    media Les négociateurs des Farc et du gouvernement se retrouvent une nouvelle fois à La Havane cette fin de semaine pour poursuivre les discussions de paix. REUTERS/Enrique de la Osa

    Un cessez le feu bilatéral pourrait être décrété en Colombie, à partir du 1er janvier 2016. Le président Juan Manuel Santos a en effet proposé aux guérilleros des FARC d’accélérer les négociations de paix en cours pour faire taire les fusils. Ces négociations de paix qui se tiennent à La Havane durent depuis déjà trois ans. Elles visent à mettre un terme à 50 ans de conflit armé.

    Un cessez le feu bilatéral, les FARC en rêvaient depuis longtemps mais le pouvoir n’en voulait pas, explique notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detœuf. Mais le pouvoir vient de changer d’avis. « Faisons un effort », a lancé le président Santos mercredi en proposant la mise en place d’un cessez le feu bilatéral et vérifiable internationalement à compter du 1er janvier 2016.

    Pourquoi le gouvernement refusait-il le principe même d’un cessez le feu bilatéral ? Pour maintenir la pression militaire sur les FARC, les forcer à négocier et éviter que les guérilleros ne profitent d’une trêve pour se refaire une santé militaire.

    Le revirement du président Juan Manuel Santos est donc un signe de confiance. Le gouvernement ne doute plus de la volonté de paix des FARC. Un accord va être signé. Sur le terrain, déjà, les hostilités ont diminué. Mais tous les problèmes ne sont pas résolus pour autant.

    Comment mettre en place un cessez le feu quand l’autre guérilla du pays, l’ELN, est encore active. Lundi, les Elenos ont tués 12 militaires. Et quatre membres des FARC ont été tués dans une opération de l'armée dans le département de Caquetà, hier, a annoncé l'armée. La vérification internationale du cessez le feu avec les FARC s’annonce délicate.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.