GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    À la Une: un scandale qui fait grand bruit au Chili

    media Papier hygiénique. Getty Images/Ugurhan Betin

    Les deux plus grands distributeurs de papier toilette et d’autres produits de première nécessité sont accusés par la justice d’entente illicite afin de se partager le marché. Cette affaire fait la Une de toute la presse chilienne ce matin. Jeudi 29 octobre 2015, la présidente a même dû réagir. Il faut dire que les deux sociétés incriminées, CMPC Tissue et SCA Chili ont fonctionné de la sorte entre 2000 et 2011 et leur chiffre d’affaires annuel d’après El Mercurio, estimé à 400 millions d’euros, selon La tercera, aurait été fortement majoré grâce à cette entente.

    Selon le parquet en charge de cette affaire, le cartel formé par ces deux entreprises aurait également affecté le « marché national des serviettes en papier, des mouchoirs jetables et pour le visage » en plus du papier toilette. « C’est peut-être le plus grand cas de collusion détecté dans le pays », selon la justice chilienne.

    Michelle Bachelet a réagi face à ce scandale

    « Ce sont des faits d’une gravité extrême » n’a pas hésité à dire jeudi 29 octobre 2015 la présidente, qui en a profité pour rappeler deux autres scandales, très récent également. Le premier concernait une entente entre plusieurs enseignes de pharmacie sur le prix des médicaments et le second concernait la vente de poulet. Et si Michelle Bachelet a choisi de revenir sur ces deux autres dossiers, c’est afin d’expliquer aux Chiliens l’importance de légiférer dans ce domaine, car le droit chilien ne condamne pas sévèrement ce type de pratique comme le rappelle El Mercurio. Un projet de loi est à l’étude, a précisé hier la présidente, mais selon la presse chilienne, il ne devrait pas aboutir avant quelques mois.

    Direction l’Argentine où la campagne pour le second tour de la présidentielle bat son plein. Hier, la présidente Cristina Kirchner a tenu à défendre son bilan à la tête du pays, sans pour autant apporter un soutien inconditionnel au candidat de son parti Daniel Scioli.

    Non seulement la présidente n’a pas apporté un soutien inconditionnel à Daniel Scioli, mais elle n’a même pas mentionné son nom durant cette réunion organisée dans la Maison Rose, l’équivalent de l’Élysée à Buenos Aires, selon le quotidien Clarin. Et face aux questions de ses partisans qui lui demandaient pourquoi elle avait été absente de l’espace public ces derniers jours, Cristina Kirchner leur a répondu qu’il s’agissait d’une semaine spéciale pour elle, sans plus de détails.

    Pour Clarin, la présidente faisait allusion à l’anniversaire de la mort de son mari, l’ancien président Nestor Kirchner, et non pas au scrutin présidentiel dont le premier tour se tenait dimanche dernier. Pour l’éditorialiste d’El Espectador, cette approche marque en quelque sorte la rupture de Cristina Kirchner avec Daniel Scioli qui affrontera le conservateur et libéral Mauricio Macri le 22 novembre pour le second tour. Selon le quotidien colombien, le discours de centre-droit que tient Daniel Scioli ne correspond pas à la politique menée jusqu’à présent par Cristina Kirchner qui du coup en profiterait pour prendre ses distances alors que les sondages donnent une large avance à l’ancien maire de Buenos Aires, Mauricio Macri.

    Aux États-Unis, le Congrès a voté en faveur d’un compromis budgétaire qui devrait écarter tout risque de défaut de paiement jusqu’à la fin du mandat de Barack Obama.

    C’était attendu. Le président sortant de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner, avait préparé le terrain puisqu’il avait conclu cet accord dans la nuit de lundi à mardi dernier, précise le New York Times. Ce texte, qui va maintenant arriver sur le bureau de Barack Obama pour être définitivement validé, comme le précise le Washington Post, prévoit un déplafonnement de plusieurs programmes avec 80 milliards de dollars supplémentaires notamment destinés à la défense, ainsi qu’un relèvement du plafond de la dette jusqu’en mars 2017. Ce qui permettra d’éviter une nouvelle impasse budgétaire comme ce fut le cas en 2011 et 2013, rappelle le New York Times.

    Toujours concernant les États-Unis, on a appris l’arrestation à Téhéran de Siamak Namazi, un homme d’affaires américano-iranien.

    C’est le premier Américain arrêté en Iran depuis la signature de l’accord sur le nucléaire iranien et donc depuis le rapprochement diplomatique entre les deux pays, titre ce matin le New York Times. Pour le quotidien, il s’agit d’un avertissement à l’égard des ressortissants américains bénéficiant de la double nationalité. Siamak Namazi, qui réside à Dubaï, rendait visite à des proches lorsqu’il a été arrêté par les services de renseignements des Gardiens de la révolution, précise le Washington Post. Pour l’instant, on ne connaît pas les motifs ayant conduit à sa détention, mais selon le Washington Post, cela pourrait avoir un lien avec l’affaire Jason Rezaian, le correspondant du quotidien à Téhéran, reconnu coupable d’espionnage par la justice iranienne il y a quelques jours au terme d’un procès à huis clos.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.