GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Aéronautique: le Québec vole au secours de l'entreprise Bombardier

    media Un CS300 de l'entreprise canadienne Bombardier décole d'une piste du Bourget, en juin 2015, pour une démonstration. REUTERS/Pascal Rossignol

    Le gouvernement du Québec vient en aide à une section de la multinationale des transports Bombardier. L'entreprise, fleuron de l'économie québécoise, qui avait sollicité en vain le soutien d'Airbus et de Boeing, connaît des problèmes importants de liquidités alors qu'elle a annoncé des pertes de presque 5 milliards de dollars au troisième trimestre. Le Québec a décidé d'investir près d'un milliard de dollars américain dans le projet d'avions commercial de CSseries, comme un véritable partenaire financier aux côtés de Bombardier, pour développer un avion commercial de 110 à 160 places.

    Avec notre correspondante à Montréal, Pascale Guéricolas

    Désormais, l’Etat québécois détiendra 49,5% d’une société gérant la conception et la fabrication de ce nouvel avion commercial, réputé moins énergivore et moins bruyant que ses concurrents.

    Bombardier investit pour sa part 50,5% du capital et annonce que le CSeries devrait sortir au printemps prochain, soit un retard de deux ans sur le calendrier initial. Deux milliards de dollars de plus que prévu sont aussi nécessaires pour mettre au point ce nouvel avion.

    Selon Jacques Daoust, le ministre québécois de l’économie, il fallait que Québec s’associe à Bombardier pour protéger l’industrie québécoise du transport. « Qu’est-ce qui est le plus risqué ? Le faire ou ne pas le faire ? On parle de 40 000 emplois, dont le salaire moyen dans cette industrie-là est le double du salaire moyen québécois. »

    De leur côté, les partis d’opposition ne comprennent pas pourquoi le gouvernement se concentre sur la production d’un avion si risqué, alors qu’il aurait pu investir dans la société mère de Bombardier, qui, elle, va bien. Pierre-Karl Péladeau chef du Parti Québécois : « le gouvernement investit, prend tous les risques et ne reçoit aucun bénéfice. »

    Pour l’instant, Bombardier n’a reçu que 243 commandes pour son CSeries, et son action ne cesse de reculer.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.