Réécouter
Ecouter Paris, écouter les villes du monde
Ecouter Bobo-Dioulasso avec les enfants
Ecouter les villes du monde
 
GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Paul Ryan ne veut pas de la réforme sur l'immigration de Barack Obama

    media Le républicain Paul Ryan, fraîchement élu président de la Chambre des représentants américains, le 29 octobre 2015. REUTERS/Gary Cameron/Files

    Paul Ryan, tout juste élu président de la Chambre des représentants à Washington, s'exprimait devant les télévisions dimanche sur sa vision de la politique américaine et le programme des républicains. Il a affirmé qu'il refusait la réforme sur l'immigration voulue par le président démocrate Barack Obama. Une réforme devenue le serpent de mer de la politique américaine.

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    En refusant tout net d'engager les discussions sur la réforme de l'immigration avec Barack Obama, Paul Ryan, le nouveau speaker républicain de la Chambre des représentants, s'est assuré le soutien d'une large partie de son camp, opposé à cette réforme.

    Il ne s'est d'ailleurs pas privé de critiquer le président démocrate pour son abus de pouvoir sur le sujet devant les caméras de télévision de CNN. « Ce président a tenté d'écrire la loi tout seul. Ce président a outrepassé le principe de la séparation du pouvoir. Les présidents n'écrivent pas les lois. C'est le Congrès, a-t-il rappelé. Ce président a court-circuité le Congrès pour tenter de passer seul des lois sur l'immigration. Donc, spécifiquement sur ce sujet, on ne peut pas faire confiance au président. Pourquoi adopterions-nous une loi sur un thème qui divise avec un président à qui on ne peut pas faire confiance ? »

    Barack Obama avait promis lors de son élection la régularisation de près de 5 millions d'immigrés illégaux, principalement des Hispaniques. Il avait décidé de contourner les tergiversations du Congrès fin 2014 en passant une série de décrets. Mais les républicains avaient contre-attaqué jugeant cette réforme anticonstitutionnelle et trop coûteuse. Avec cette petite phrase, Paul Ryan renvoie la question des lois sur l'immigration à 2017 et enterre donc la promesse de campagne du président démocrate.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.