GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 30 Septembre
Samedi 1 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    L'Inde annonce avoir mené des «frappes chirurgicales» au Cachemire. «Des équipes de terroristes s'étaient positionnées dans des bases le long de la Ligne de contrôle pour rentrer clandestinement et perpétrer des attaques terroristes (en Inde). L'armée indienne a mené des frappes chirurgicales la nuit dernière» contre ces positions, a déclaré un haut responsable de l'armée indienne à New Delhi. Ces frappes ont fait «un nombre significatif de victimes», selon lui. «Les troupes pakistanaises ont répondu à des tirs indiens non provoqués sur la Ligne de contrôle», a pour sa part indiqué l'armée pakistanaise dans un communiqué, précisant que les échanges de feu ont duré entre 02h30 et 08h00 du matin et ont coûté la vie à deux soldats pakistanais.

    Amériques

    Colombie: l’Etat demande pardon pour le massacre du palais de justice

    media Le président colombien Juan Manuel Santos au cours de son discours à l'occasion des 30 ans du massacre du Palais de justice, le 6 novembre 2015 à Bogota.

    La Colombie est revenue vendredi 6 novembre sur l’une des pages les plus sombres de son histoire. Au cours d’une cérémonie tenue à Bogota, le président colombien Juan Manuel Santos a demandé pardon au nom de l’Etat pour un massacre perpétré par l’armée les 6 et 7 novembre 1985, lors de la prise du palais de justice où des guérilléros étaient retranchés. Une intervention qui avait causé la mort de nombreux civils.

    Des excuses 30 ans après. Le président colombien Juan Manuel Santos a demandé pardon au nom de l’Etat, vendredi 6 novembre à Bogota, pour les disparitions suite à l’intervention de l’armée lors de la prise du palais de justice de Bogota par les guerilleros les 6 et 7 novembre 1985. La guérilla du M19, démobilisée en 1990, avait à l’époque attaqué l’édifice et pris des dizaines de personnes en otage, afin de faire pression sur le gouvernement de Belisario Betancur avec lequel des discussions de paix étaient en cours. L’armée avait donné l’assaut et l’opération avait tourné au massacre.

    Cet épisode est l’un des plus sanglants de l’histoire du conflit en Colombie. Les bombardements ont fait une centaine de morts et une douzaine de civils soupçonnés de liens avec le M19 ont été victimes de disparitions forcées. C’est lors d’une cérémonie que le président colombien a fait le mea culpa de l’Etat. « En tant que président de la République et chef d’Etat, je reconnais aujourd’hui la responsabilité de l’Etat colombien et je demande pardon », a-t-il déclaré.

    Juan Manuel Santos n'a fait que suivre les injonctions de la Cour interaméricaine des droits de l’homme qui a condamné l’Etat en décembre 2014, jugé responsable des disparitions forcées. Le processus de paix en cours avec la guérilla des FARC est sans doute un bon moment pour demander pardon. « Il y a eu ici une action lamentable, absolument condamnable du M19, a poursuivi Juan Manuel Santos. Mais s’il y a eu des failles dans la conduite et les agissements des agents de l’Etat, et bien il faut le reconnaître. »

    Cette semaine, l'ancien président Belisario Betancur a lui aussi demandé pardon, ainsi que le député Antonio Navarro Wolff, l'un des principaux chefs du M19 à l'époque. Le bureau du procureur continue d’exhumer des corps. Les proches des victimes exigent la vérité sur ce qui s’est passé, la justice et la réparation. Vingt-six personnes sont poursuivies, dont deux généraux de l’époque.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.