GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Présidentielle en Haïti: les résultats du premier tour contestés

    media Un supporter de Jude Célestin manifeste dans les rues de Port-au-Prince, le 6 novembre, contre les résultats préliminaires du premier tour de la présidentielle. REUTERS/Andres Martinez Casares

    En Haïti, l’opposition a manifesté vendredi 6 novembre dans les rues de la capitale pour contester les résultats du premier tour de l’élection présidentielle annoncés jeudi par le Conseil électoral provisoire. Les candidats et leurs sympathisants dénoncent la manipulation du scrutin par le pouvoir en place : celui choisi par Michel Martelly pour représenter son parti aux élections a été annoncé en tête avec plus de 32% des suffrages. Un résultat inacceptable pour nombre de citoyens haïtiens.

    Avec notre correspondante à Porte-au-PrinceAmélie Baron

    A Port-au-Prince, les barricades des opposants se sont montées et défaites au fil des interventions musclées de la police.

    Jean-Yves Buisson dénonce ouvertement la manipulation des résultats électoraux par le président. « C’est un test que Martelly a fait pour sonder la tension du peuple dans la rue. Hier soir [jeudi] on s’est reposé car aujourd’hui on prend les rues jusqu’à ce que Martelly retire Jovenel Moïse de nos yeux. Il n’y a pas de deuxième tour avec Jovenel Moïse : il faut Moïse Jean-Charles face à Jude Célestin. Si on n’a pas ça, alors il faut une transition dans le pays sinon le pays sera bloqué ».

    Métélus Lafontant est absolument dépité par la situation. L’étudiant en génie civil dénonce l’attitude des dirigeants. « Ils ne respectent pas la jeunesse, ils ne nous respectent pas en tant qu’Haïtiens. Ils font ce qu’ils veulent de nous, donc je pense que ça n’est pas du tout un bon résultat. Plutôt que de changer leurs résultats, ils pourraient tuer tous les Haïtiens mais on va prendre les rues. Sauf que le pays ne connaîtra pas la stabilité. Et maintenant le pays est à zéro car Martelly l’a mis à zéro. On a besoin d’un autre gouvernement stable car on n’a pas la stabilité ».

    « Projet de dictature »

    En marge des manifestations, six candidats, dont Jude Célestin arrivé en seconde position, ont signé une déclaration commune dans laquelle ils écrivent que « la publication de ces résultats fait penser à la période des élections officielles des régimes dictatoriaux ».

    « Nous disons que ces résultats ne sont pas les résultats du vote du peuple. La population haïtienne sait, l'international et tout le monde sait qu'il y a eu tricherie et nous disons que nous ne sommes pas d'accord avec ce qui se passe. Les autorités savent tellement ce qu'elles font qu'elles ont mis en place une force de répression pour écraser le peuple », a déclaré Jude Célestin.

    Et d’ajouter : « on a mis Jude Célestin en deuxième position comme consolation. Mais nous n'avons pas besoin d'une prime de consolation. A nos amis qui croient en la démocratie, nous disons que Jude Célestin ne laissera pas passer ce projet de dictature. Personne ne laissera passer. Personne ne peut empêcher la population de manifester, pas même la police spéciale créée pour tuer le peuple. Ils peuvent nous en empêcher aujourd'hui et demain matin ils ne pourront pas : nous sommes dans la bataille ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.