GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Aujourd'hui
Mardi 30 Août
Mercredi 31 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: 18 personnes meurent dans une attaque suicide dans une oasis (responsables)
    • Belgique: explosion à l'Institut national de criminologie de Bruxelles, aucun blessé (parquet)
    • Yémen: au moins 60 morts à Aden dans un attentat suicide contre des recrues de l'armée (sources médicales)
    • Etats-Unis: fin de l'alerte aux coups de feu à l'aéroport de Los Angeles (police)
    Amériques

    Haïti: un militant de l’opposition tué lors d’une manifestation

    media Les manifestants ont lancé des slogans hostiles au pouvoir et contestent les résultats du premier tour de l'élection présidentielle. AFP PHOTO/HECTOR RETAMAL

    En Haïti, la manifestation de l'opposition qui s'est tenue ce vendredi 20 novembre à Port-au-Prince a viré au drame : un manifestant a été tué et un autre grièvement blessé à coups de machette. Depuis plus de deux semaines, la contestation ne faiblit pas contre les résultats du premier tour de l'élection présidentielle, qui donnent le candidat du pouvoir en tête du scrutin.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince, Amélie Baron

    « Un soldat est tombé, mais vous ne pourrez pas détruire l’armée », c’est ce que scande le petit groupe de manifestants qui transporte dans une brouette le corps de l’homme tué par balle aux cours des incidents qui ont émaillé la fin de la manifestation de l’opposition.

    Assad Volcy, porte-parole du parti Pitit Dessalines (« fils de Dessalines » en créole), accuse le pouvoir en place de dérive dictatoriale : « Nous avons été attaqués par des sbires du pouvoir. Deux hommes circulant à bord d’une motocyclette en uniforme de la police, ont ouvert le feu, à bout portant et ont assassiné un de nos militants. »

    Ultimatum

    Et Assad Volcy de poursuivre : « Aujourd’hui, nous sommes en face d’un pouvoir dictatorial qui décide justement de prouver à la face du monde qu’il refuse les idées contraires. On peut tuer un de nos frères, dix de nos frères, peut-être cent, mais jamais on n’arrivera à tuer le peuple haïtien. Que [le président] Martelly achète encore des armes, s’il veut. Mais le peuple haïtien, comme en 1803 devant l’armée napoléonienne, devra faire face à ce nouveau bourreau. »

    Les opposants les plus farouches lancent désormais un ultimatum au président Michel Martelly. Ils annoncent une intensification de leur mouvement après ce week-end, menaçant d’en arriver à ce qu’ils appellent « une insurrection populaire ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.