GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
Mardi 30 Août
Aujourd'hui
Jeudi 1 Septembre
Vendredi 2 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: haro sur les réfugiés syriens chez les républicains

    media «Nous devons être très, très vigilant», a averti le favori des sondages chez les républicain, Donald Trump. REUTERS/Jim Young

    Les émissions politiques dominicales ont été consacrées en partie au débat concernant l'accueil des refugiés syriens qui fait rage aux Etats-Unis. Divers candidats républicains ont saisi cette tribune pour exprimer une nouvelle fois leur opposition à la venue de ces migrants à la recherche d'une terre d'asile.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Plusieurs candidats républicains ont estimé qu'il était dangereux de laisser entrer des refugiés syriens aux Etats-unis qui, comme ce fut le cas dans les attentats de Paris, peuvent être infiltrés par des combattants du groupe Etat islamique. L'opposant le plus virulent reste Donald Trump qui compare, sur la chaîne ABC, l'admission éventuelle de 10 000 Syriens sur le sol américain à un cheval de Troie.

    « Quand les Syriens arrivent, d'où qu'ils viennent, car nous ne sommes même pas sûrs qu'ils viennent de Syrie, quand ils arrivent, nous devons être très, très vigilant, a-t-il déclaré. Ce serait bien d'avoir une base de données et une liste de suspects, mais nous devons faire attention à ce que nous faisons. Ces gens-là ne devraient pas être autorisés à venir. »

    Manque de moyens

    Pour Marco Rubio, sur Fox News, les Etats-Unis n'ont pas les moyens de procéder à un examen minutieux du passé des réfugiés car ils ne peuvent vérifier leurs antécédents auprès des autorités syriennes.

    Le gouverneur de l'Ohio, John Kasich sur NBC, a critiqué Trump pour vouloir ficher les musulmans : vouloir rejeter tout un groupe de personnes en fonction de leur religion est absurde. Mais ses vues généreuses ne lui attirent guère de voix. Il est en queue avec à peine 3 % d'intentions de vote contre 32 % au magnat de l'immobilier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.