GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 21 Mai
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Tuerie en Californie: à Los Angeles, des musulmans scandalisés

    media Veillée à la bougie en hommage aux victimes de San Bernardino, sous l'égide du Council on American-Islamic Relations, à Silver Spring (Maryland) le 4 décembre 2015. Alex Wong/Getty Images/AFP

    La tuerie de San Bernardino, en Californie, est désormais traitée par les enquêteurs comme un acte terroriste. Tashfeen Malik, la femme, a fait allégeance au groupe Etat islamique juste avant l'attaque, via un compte Facebook ouvert sous un nom d'emprunt. Une attaque que l'EI attribue, dans un bulletin radiophonique diffusé ce samedi 5 décembre selon Reuters, à des « partisans ». Le massacre, qui a fait 14 morts et 21 blessés, est un traumatisme pour les habitants de Californie. Dans la ville de Los Angeles, à une centaine de kilomètres, la communauté musulmane se sent visée et cherche à se distancier au maximum des tueurs. Reportage dans une mosquée de la banlieue de Glendale.

    Avec notre correspondante à Los Angeles, Tessa Grauman

    Une maison comme une autre dans un quartier résidentiel de Glendale. Il faut s’approcher pour lire la pancarte « Islamic Center ». Nous sommes vendredi, c’est l’heure de la prière. Une heure plus tôt, le FBI annonçait que l’attaque de San Bernardino était un acte terroriste.

    Dans la salle de prière, une centaine de personnes écoute l’imam. Il condamne le meurtre, exhorte les fidèles à se confier s’ils ont un problème. Il leur demande aussi de ne pas parler aux journalistes, de peur que leurs propos se retournent contre la communauté.

    A la sortie, Abo Elkhier Seraj, membre du bureau du centre musulman, n’a pas de mot assez fort pour condamner l’attaque : « C’est totalement inacceptable ! Impossible ! Notre religion condamne le plus sévèrement qu’il soit. »

    « C’était juste un malade ! »

    Jason est Syrien. Cela fait 30 ans qu’il vit aux Etats-Unis. Il ne comprend pas ce qui est passé par la tête de Syed Rizwan Farook, auteur de l’attaque : « Il est né aux Etats-Unis, a été élevé aux Etats-Unis, éduqué aux Etats-Unis, énumère-t-il. Il travaillait pour les Etats-Unis, ou plutôt pour le comté. C’était juste un malade ! Et on ne devrait pas être pris en otage, notre communauté, par une personne malade. »

    Salah Habib, l’imam de la mosquée, veut croire en l’avenir d’un islam modéré enseigné aux Etats-Unis : « Il faut éduquer nous-mêmes. On ne peut pas laisser les gens se faire éduquer à des dizaines de milliers de kilomètres de distance. Après, ils font des choses en notre nom, alors qu’on ne leur a pas appris cela. »

    Salah Habib constate tout de même une recrudescence de propos haineux sur les réseaux sociaux depuis trois jours.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.