GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 7 Décembre
Vendredi 8 Décembre
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Après San Bernardino, Donald Trump retrouve son souffle

    media Donald Trump en meeting à Spencer, dans l'Iowa, le 5 décembre 2015. REUTERS/Mark Kauzlarich

    Celui qui semble avoir le plus profité dans les sondages, après la fusillade de San Bernardino, a été Donald Trump qui de nouveau creuse la distance avec ses rivaux avec une confortable avance.

    Avec notre correspondant à Washington,  Jean-Louis Pourtet

    Donald Trump avait au cours de ces dernières semaines perdu un peu de sa vitesse. Tout en continuant de tenir la tête, il semblait soulever moins d’enthousiasme. Les Américains commençaient à se fatiguer de ses insultes à répétition. Mais après les attentats de Paris et la fusillade de San Bernardino, ses propos guerriers, son language politiquement incorrect, souvent aux dépens des musulmans, a ranimé la flamme de ses partisans.

    Résultat, il a vingt points d’avance sur son plus proche rival, Ted Cruz. Les deux sont de farouches défenseurs du droit de posséder une arme. Hier, dans l’Iowa, Trump a répété que si les Parisiens avaient été armés, il y aurait eu moins de victimes. Idem en Californie quand le couple Farook a attaqué le centre médical. « Personne n’a d’armes, à part les criminels, les salauds, les ordures, et personne ne peut se protéger. Ils ont eu de la chance qu’ils s’enfuient. Ils se sont enfuis parce qu’ils ne voulaient pas mourir. C’est une farce, ils disent qu’ils veulent mourir. Ça n’est pas vrai, Ce sont des poules mouillées »,

    Ben Carson et Marco Rubio viennent en troisième et quatrième position, alors que celui qui au début de la campagne faisait figure de favori, Jeb Bush, est en queue de peloton avec le soutien seulement de 3% des électeurs.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.