GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Des élections législatives très ouvertes au Venezuela

    media Un travailleur du Conseil national électoral prépare une machine à voter devant la figure tutélaire du père de la Révolution bolivarienne Hugo Chavez. Caracas, le 6 décembre 2015. REUTERS/Marco Bello

    19 millions et demi de Vénézuéliens sont appelés aux urnes ce dimanche 6 décembre pour renouveler les 167 sièges de leur Parlement pour cinq ans. Pour la première fois depuis 16 ans, l'opposition est donnée favorite et pourrait remporter la majorité face au Grand Pôle patriotique au pouvoir. L'enjeu est de taille, car le pays est plongé dans une grave crise économique.

    Avec notre envoyée spéciale à Caracas,  Véronique Gaymard

    A Caracas, de grands panneaux du parti du gouvernement appellent les Vénézuéliens à aller voter en masse. Il ne s'agit pas d'une élection présidentielle, mais l'enjeu y ressemble. L'atmosphère est très tendue, dans ce pays de 30 millions d'habitants gouverné depuis 16 ans par le Parti socialiste unifié du Venezuela, le PSUV du président Nicolas Maduro, peu charismatique, mais qui utilise la figure de Hugo Chavez et la défense de la Révolution bolivarienne dans ses discours, menaçant de descendre dans la rue en cas de défaite aux législatives.

    Le pays polarisé. D'un côté : le camp des chavistes. De l'autre : la coalition de l'opposition, très hétérogène. Plus qu'une adhésion à un programme de l'opposition qui reste encore très flou, il pourrait s'agir surtout d'un vote sanction contre le pouvoir en place, car la situation économique et sécuritaire s'est dégradée. Tous les voyants sont au rouge : inflation galopante, pénuries des produits de première nécessité. Le mécontentement gronde, et l'opposition joue sur ce facteur pour proposer un véritable changement. La grande inconnue reste le taux de participation au scrutin ce dimanche, qui pourrait donc faire basculer le Parlement aux mains de l'opposition.


    Pablo habite à Paraiso, un quartier populaire de la capitale, tendance chaviste. Il a toujours voté pour le PSUV. Et malgré son mécontentement face aux pénuries de produits de première nécessité, il continuera de voter pour le parti d'Hugo Chavez et Nicolas Maduro. Au micro de RFI, il nous explique pourquoi :

    « Bien sûr, je suis mécontent de la situation actuelle. Moi, j'ai 57 ans, et depuis que j'ai l'âge de raison, c'est la première fois que je vois ça : on n'avait jamais vu ça, ici il n'y avait jamais de files d'attentes pour faire ses courses. Avant, on allait au supermarché ou chez un fournisseur, et il y avait toujours des produits à en jeter par les fenêtres comme on dit ici ! Il y avait des produits subventionnés et d'autres plus chers, mais il y en avait.

    Ce que j'espère, c'est que cette situation s'arrange, peu importe qui gagne ces élections. Moi, je vais voter pour le PSUV, pour le gouvernement, pour ceux qui sont aux commandes, même si je suis mécontent. Car je pense qu'ils peuvent y arriver. Ils peuvent arriver à faire quelque chose en s'unissant. Je n'ai jamais aimé l'opposition. Ici, il n'y a pas un opposant qui vaille. Ils ne me convainquent pas. C'est pour cela que je ne vote pas pour eux, et je ne voterai d'ailleurs jamais pour eux. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.