GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 22 Mai
Lundi 23 Mai
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: levée des arrêtés de restriction d'approvisionnement en carburant dans tout le grand ouest (Préfecture)
    • Israël: le nouveau gouvernement de droite «soulève des interrogations» (département d'Etat)
    • Belgique: 4 personnes liées à des projets d'attentats terroristes inculpées (parquet)
    • Loi Travail: grève votée pour jeudi dans les 19 centrales nucléaires françaises (CGT)
    Amériques

    Argentine: Mauricio Macri prête serment et rompt avec l'ère Kirchner

    media Le président argentin Mauricio Macri et sa femme Juliana Awada devant une foule d'Argentins venus écouter son discours d'investiture à Buenos Aires, le 10 décembre 2015. REUTERS/Argentine Presidency/Handout

    Mauricio Macri, vainqueur de la présidentielle du 22 novembre, a prêté serment ce jeudi à Buenos Aires en l'absence de la présidente sortante Cristina Kirchner. Dans son discours d'investiture, le nouveau chef de l'Etat, en place pour quatre ans, a réaffirmé ses engagements de campagne. Des milliers d'Argentins s'étaient rassemblés devant le Parlement pour l'écouter.

    Avec notre correspondant en Argentine, Jean-Louis Buchet

    « Le moment est venu où nous devons tous être unis pour que notre pays avance. Nos propositions peuvent se résumer en trois idées centrales : pauvreté zéro, victoire sur le narcotrafic et unité des Argentins », a déclaré Mauricio Macri.

    Sobre et bref, le discours d'investiture du nouveau président argentin a montré un Mauricio Macri rassembleur, qui a rappelé ses engagements de campagne, revendiqué le dialogue et le travail d'équipe.

    Il n'est pas entré dans les détails sur l'économie, son principal défi. Mais il a dit qu'il pourchasserait la corruption et qu'il défendrait l'indépendance de la justice.

    Sur le fond, le contre-pied des années Kirchner. Sur la forme aussi : on était loin du bruyant folklore péroniste qui saluait les longues envolées de Nestor et Cristina Kirchner.

    Cristina Kirchner boude la cérémonie

    La chef de l'Etat sortante a été la grande absente de ces cérémonies, pour cause de désaccord sur le lieu de la remise de l'écharpe et du sceptre présidentiels, que Macri a ensuite reçus à la Casa Rosada, le siège du gouvernement, des mains du président du Sénat.

    Peu préoccupés par ces bisbilles, de très nombreux Argentins sont venus saluer Mauricio Macri. Dans la foule, Antonio Sarramea, un historien de 81 ans aux ancêtres français. « Nous célébrons aujourd’hui la fête de la démocratie, de la République et des droits de l’homme », se réjouit-il.

    Une nouvelle étape qui commence dans la joie. On verra ce qu'il en est demain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.