GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 29 Novembre
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Brésil dégradé par l'agence de notation Fitch

    media L'agence de notation financière Fitch a placé mercredi la dette souveraine du Brésil en catégorie spéculative, Fitch explique cette dégradation par une «récession économique plus importante que prévu» Reuters

    L’agence de notation Fitch a décidé de baisser la note financière du Brésil. Dans un communiqué l'agence explique cette dégradation par une «récession économique plus importante que prévu» et une «incertitude accrue sur la situation politique du pays» qui menace ses capacités à rembourser sa dette. L’année 2016 s’annonce très difficile au Brésil.

    La récession frappe le Brésil. Et cette situation va durer. Le Fond Monétaire International prévoit un recul de 1% du PIB brésilien pour 2016. Deux années de suite de récession économique : ce serait une première en 80 ans pour le Brésil et cela a incité l’agence de notation Fitch a dégrader la note de la dette souveraine brésilienne.

    L'inflation au Brésil a presque atteint les 10,5%, plus du double, par rapport aux objectif du gouvernement de Dilma Rousseff. Pour la présidente, c’est une mauvaise nouvelle de plus. L'agence de notation Standard & Poor's avait déjà relégué début septembre la dette souveraine du pays en catégorie spéculative. Cette décision avait alors été motivée, non seulement par la crise économique qui touche le Brésil, mais aussi par la crise politique. Et la situation ne s’est pas améliorée depuis.

    Récession et crise politique

    Et c’est aussi l’une des raisons qui a poussé l’agence Fitch a dégrader la note du Brésil. Ses experts parlent d’une «incertitude accrue sur la situation politique du pays». La présidente fait face en ce moment à un processus de destitution ouvert par le Parlement. Elle n’a que 9% d’opinion favorable dans les sondages. Dilma Rousseff affronte une farouche opposition à la chambre des députés. La demande de destitution l’accuse de crime de responsabilité fiscale, pour avoir dissimulé une augmentation du déficit budgétaire entre 2013 et 2015.  Le processus de destitution a été contesté devant la Cour suprême. Mais même ainsi, l’enlisement de la procédure ne cesse de faire grandir l’incertitude politique.

    En prime, le scandale Petrobras

    Une crise économique, doublée d’une instabilité politique, renforcée par un énorme scandale de corruption. La présidente brésilienne a très peu de marge de manoeuvre. Les commentateurs politiques dans les journaux brésiliens s’attendent même une démission prochaine du ministre de l’Economie. L’Etat brésilien s’est lancé dans une série de coupes budgétaires massives, mais elles doivent encore être approuvées au Parlement, où la présidente peine à trouver une majorité. D’autant que l’affaire de corruption Petrobras ne cesse de rebondir. Plus 2 milliards d’euros auraient été détournés des comptes du géant pétrolier brésilien au profit notamment de plusieurs partis politiques. La demande de destitution de Dilma Rousseff évoque l’affaire et met la présidente en cause. Mais la police continue d’enquêter. Elle a perquisitionné cette semaine le domicile, du président de la chambre des députés, Eduardo Cunha, à l’origine de la demande de destitution.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.