GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
Samedi 10 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 12 Décembre
Mardi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Barack Obama défend le bilan de son année 2015

    media Le président américain Barack Obama lors de son discours de fin d'année, à la Maison Blanche, le 18 décembre 2015. REUTERS/Carlos Barria

    Dans sa traditionnelle conférence de presse de fin d'année, vendredi, Barack Obama a dressé le bilan de ses réalisations en 2015 citant notamment l'accord sur le nucléaire iranien, celui sur le changement climatique, la zone de libre-échange avec l'Asie, la reprise des relations avec Cuba et l'amélioration de l'économie. Mais les questions posées par les journalistes ont surtout porté sur la sécurité, la Syrie et la lutte contre le groupe Etat islamique.

    Avec notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet

    Pour ce qui est de la sécurité, Barack Obama a une nouvelle fois invité les Américains à être vigilants, même s'il n'y a pas de menace immédiate d'attentats aux Etats-Unis, mais il a reconnu la difficulté de détecter les loups solitaires tels que le couple Farook, auteur de la tuerie de San Bernardino, le 2 décembre dernier. « Nous les pourchasserons systématiquement. Mais pour les éliminer complètement, nous devons éliminer les zones de non-droit dans lesquelles ils opèrent », a affirmé le président américain.

    En ce qui concerne la Syrie, le président américain a d’ailleurs réitéré qu'il ne pourrait y avoir de fin à la guerre civile aussi longtemps que Bachar el-Assad resterait au pouvoir : « Je crois qu'Assad va devoir partir pour que cesse le bain de sang dans le pays et pour que toutes les parties concernées puissent aller de l'avant d'une façon non sectaire. »

    Maintenir la pression sur le groupe EI

    Pour Barack Obama, la solution en Syrie doit être politique. En ce qui concerne le groupe Etat islamique, il continue d'affirmer qu'il sera vaincu. « Nous ne laisserons pas l'EI respirer », a-t-il lancé, soulignant que l'organisation a perdu 40% des territoires qu'il occupait, que nombre de ses chefs ont été éliminés, et que ses ressources diminuaient. Le président américain a par ailleurs indiqué qu’il n'avait aucune intention de changer sa stratégie militaire et encore moins d'envoyer des troupes au sol en Syrie.

    Avant de s’envoler pour des vacances familiales à Hawaï, Barack Obama assuré qu'il serait très actif pendant la campagne pour appuyer les candidats démocrates, dont il a prédit la victoire l'an prochain.

    Guantanamo

    Dans sa conférence de presse, Barack Obama s'est dit confiant de pouvoir réduire la population carcérale de Guantanamo à 60 ou 70 individus. 17 devraient être transferés dans des pays étrangers en janvier. Mais le président a reconnu qu'il restera un petit nombre de prisonniers qui ne pourront jamais être libérés, car trop dangereux.

    Pour respecter son engagement de fermer la prison de Guantanamo, il lui faudra trouver une place où les incarcérer aux Etats-Unis. Mais le Congrès s'y oppose. Peut-il par décret presidentiel imposer ce transfèrement sur le territoire américain ?

    « A ce stade, je présente un plan au Congrès sur la façon dont nous pouvons fermer Guantanamo, a-t-il expliqué. Je ne vais pas automatiquement affirmer que le Congrès va dire non, mais je pense qu'on peut défendre avec force l'idée qu'il n'est pas très avantageux pour nous de dépenser 100, 200, 300, 500 millions ou un milliard de dollars supplémentaires pour avoir un endroit sûr pour 50,60, 70 personnes. Et nous attendrons jusqu'à ce que le Congrès ait définitivement dit non à un plan sérieusement conçu, avec des chiffres, avant que je prenne la décision d'agir par décret presidentiel. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.