GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: mauvais perdant, Maduro tente de verrouiller le pouvoir

    media Nicolas Maduro, le président vénézuélien, va vivre sa première alternance politique. Fuente: Reuters.

    Les manœuvres politiques au Venezuela s’accélèrent avant que la nouvelle Assemblée nationale ne prenne ses fonctions. Le 6 décembre dernier, la MUD, coalition de l’opposition, a largement remporté les élections législatives. Elle aura à compter du 5 janvier prochain la majorité des deux tiers dans cette nouvelle Assemblée. Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, tente de verrouiller le pouvoir avant ce 5 janvier. Et après avoir fait adopter dans l’urgence différentes lois, il veut s’assurer du soutien de la seule institution capable de freiner la nouvelle Assemblée, le Tribunal suprême de justice. Mercredi 23 décembre, de nouveaux juges ont donc été nominés par la chambre basse sortante, aux mains des chavistes.

    Ce mercredi 23 décembre, l’Assemblée vénézuélienne sortante a nommé 13 nouveaux juges au Tribunal suprême de justice qui en compte 34. Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, estime que l’opposition souhaite mettre un terme aux politiques sociales et qu’elle procédera à des privatisations en chaîne lorsque la nouvelle Assemblée nationale prendra ses fonctions. La nomination de ces juges est une manière de garantir, selon les chavistes, la continuité des politiques menées jusqu’à présent. Des politiques qui ont mené le pays dans une situation dramatique, tant sur le plan social qu’économique.

    L’opposition crie au scandale et il y a de quoi. Elle estime que le PSUV, le parti socialiste vénézuélien, viole la Constitution en procédant de la sorte. Et selon différents spécialistes de la Constitution vénézuélienne, il sera très difficile, voire impossible, pour la nouvelle Assemblée de revenir sur ces nominations.

    Après la création, la semaine dernière, d’une Assemblée populaire destinée, là aussi, à freiner l’action de la nouvelle Assemblée nationale, ces nominations représentent un nouveau camouflet pour l’opposition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.