GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Costa Rica: ces migrants cubains qui vont pouvoir reprendre leur route

    media Un migrant cubain montre le drapeau de son pays qu'il s'est tatoué sur le bras le 24 décembre à La Cruz, près de la frontière entre le Costa Rica et le Nicaragua. REUTERS/Oswaldo Rivas

    L'année 2016 commence bien pour certains des 8 000 migrants cubains bloqués au Costa Rica. Suite à un accord conclu entre plusieurs gouvernements d'Amérique centrale, les réfugiés vont pouvoir quitter le pays à partir de la semaine prochaine, direction les Etats-Unis. Un premier groupe - entre 50 et 200 personnes - devra prendre l'avion dans les prochains jours.
     

    La solution a été trouvée après plusieurs semaines d'attente et de tractations diplomatiques. En novembre dernier, le Nicaragua, voisin du Costa Rica et allié de La Havane, avait refusé aux Cubains de franchir la frontière et de poursuivre leur route vers le Nord.

    Parmi ceux qui se péparent à sortir du Costa Rica se trouve José Raul Vidal, 18 ans. Notre consœur Lucile Gimberg a recueilli ses propos. « On n’est pas sûrs de la façon dont va s’effectuer le transfert. On sait qu’il y aura des vols pour le Salvador, et de là-bas, on prendra des bus jusqu’à la frontière des Etats-Unis », explique-t-il.

    « Nous sommes hébergés dans une église »

    « On ne sait pas encore quand, et dans quel ordre, les citoyens cubains vont quitter le Costa Rica, ajoute José. Ceux qui partent en premier seront ceux qui ont de l’argent pour payer les billets ou ceux dont les familles peuvent envoyer de l’argent. Je suppose que ceux qui n’ont pas d’argent pour l’instant vont se faire aider pour continuer leur trajet. »

    « Pour l’instant, nous sommes hébergés dans une église, confie le jeune homme. Nous dormons sur des matelas qu’on nous a donnés, on les a mis sur le sol. Tous les jours, on nous offre le petit-déjeuner, le déjeuner, les repas. Et ça va, on est bien ici. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.