GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Explosion en Allemagne: l'auteur a fait un séjour en clinique psychiatrique (agence)
    • Explosion en Allemagne: les autorités la qualifient d'attentat (agence)
    • Explosion en Allemagne: un attentat islamiste «pas exclu» (ministre)
    • Allemagne: l'explosion a été provoquée par un réfugié syrien de 27 ans (agence)
    Amériques

    Bombe H nord-coréenne: Washington affiche son scepticisme

    media L'administration Obama doute de l'utilisation par Pyongyang d'une bombe H, mais condamne l'essai nucléaire de mercredi. REUTERS/Jonathan Ernst

    Les Etats-Unis sont sceptiques sur les déclarations de la Corée du Nord qui affirment avoir procédé au lancement, mercredi, d'une bombe à hydrogène. Washington considère toutefois l'essai de Pyongyang comme une provocation.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne-Marie Capomaccio

    « Les premières analyses auxquelles nous avons procédé après les derniers événements, ne sont pas cohérentes avec les déclarations de la Corée du Nord, sur lancement réussi d'une bombe à hydrogène. »

    Josh Earnest, porte-parole de la Maison Blanche, a mis clairement en doute la capacité de Pyongyang à élaborer et lancer une bombe à hydrogène. « Rien de ce qui s'est passé au cours des 24 dernières heures n'a poussé le gouvernement des Etats-Unis à modifier son évaluation des capacités techniques et militaires de la Corée du Nord », a-t-il ajouté.

    Un scepticisme partagé avec les plus proches alliés de Washington dans la région, le Japon et la Corée du Sud. Des échanges téléphoniques ont immédiatement eu lieu après l'annonce nord-coréenne, mercredi, avec Tokyo et Séoul, et ce au plus haut niveau.

    Unanimité

    Dans une déclaration adoptée à l'unanimité - y compris par la Chine, allié traditionnel de Pyongyang - les 15 pays membres du Conseil de sécurité ont condamné « fermement », mercredi, l’initiative nord-coréenne.

    « Il est à remarquer que [cette] déclaration collective a été soutenue par la Chine et la Russie, avec qui nous ne sommes pas toujours d’accord », a relevé Josh Earnest.

    Ce test a-t-il été motivé par des considérations de politique intérieure, ou pour tenter de se placer en position de force dans la perspective de futures négociations ? Interrogés sur ces questions, ni la Maison Blanche, ni le département d'Etat n'ont souhaité s'avancer sur ce terrain. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.