GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Juin
Mercredi 22 Juin
Jeudi 23 Juin
Vendredi 24 Juin
Aujourd'hui
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: la contestation monte contre les miliciens de l'Oregon

    media Ammon Bundy, le leader de la milice s'exprime devant les journalistes, le 5 janvier 2016. REUTERS/Jim Urquhart

    Voilà une semaine qu’une réserve naturelle de l’Oregon dans l’ouest des Etats-Unis est occupée par quelques dizaines de personnes appartenant à un groupe antigouvernement fédéral. Cette milice armée demande la restitution des terres gérées par les autorités aux fermiers et chasseurs. Le FBI gère cette crise sans vouloir l’envenimer, alors que les habitants des villages alentour perdent patience.

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne-Marie Capomaccio

    Les hommes armés qui occupent la réserve naturelle dans le désert de l’Oregon sont quelques dizaines, ils sont venus du Nevada ou d’Arizona, à des milliers de kilomètres de là, pour réclamer la restitution de ces terres protégées aux éleveurs, une querelle presque aussi ancienne que la fondation des Etats-Unis.

    La population locale et même ceux qui ont eu des démêlés avec le gouvernement pour avoir enfreint la loi et laissé paître les troupeaux sur la réserve ne semblent pas approuver le mouvement. Le shérif David Ward a été très applaudi lorsqu’il a exprimé le sentiment général.

    Une milice très mal vue par la population locale

    « En tant que shérif de ce comté, je demande aux personnes qui occupent le refuge de rentrer chez elles. Je ne crois pas qu’une poignée d’hommes ait le droit de venir de l’extérieur, pour nous dire comment nous devons mener notre vie », a-t-il déclaré.

    Elles ne s’étaient pas exprimées jusque-là, mais les tribus indiennes de la région condamnent l’occupation de la réserve par les milices. Ces terres protégées sont des lieux sacrés, des terres de rites et de chasse où ils ont la possibilité de se réunir. Et le débat est vif sur les réseaux sociaux où les mouvements pour les droits civiques accusent le FBI, qui observe sans intervenir, d’être bien plus indulgent avec ces milices blanches qu’avec les activistes afro-américains.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.