GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: arrestation au Mexique du baron de la drogue «El Chapo»

    media Joaquin «El Chapo» Guzman a été arrêté le 8 janvier 2016 après de nombreux mois de cavale. REUTERS/Edgard Garrido

    Selon La Razón, le baron de la drogue aurait quitté les montagnes du Sinaloa où il était retranché, car il voulait revoir l’actrice mexicaine Kate del Castillo. Elle aurait été contrariée par la sortie d’un film sur la fuite d’El Chapo de sa prison en juillet dernier, ce qui remettait en question ses plans pour réaliser un film sur la vie du patron du Cartel de Sinaloa, qu’elle voulait réaliser avec Sean Penn. Mais la réunion n’a pas eu lieu et le trafiquant a été arrêté.

    Dans la dernière maison où El Chapo s’était réfugié, on a retrouvé des DVD de la Reine du Sud, une série télévisée sur une chef de cartel, interprétée par l’actrice mexicaine Kate del Castillo. Et aussi des iPhone, un ticket de pharmacie pour l’achat de Viagra et de testostérone, de la teinture pour les cheveux, des gâteaux et des bonbons selon les autorités fédérales, rapporte La Razón.

    Selon le gouverneur de l'État, cité dans El Sol de Sinaloa, il pourrait y avoir une recrudescence de la violence, car « lorsqu’un espace est laissé vacant, d’autres groupes tentent de le récupérer ». Les autorités locales et fédérales feront tout pour éviter cette violence a-t-il assuré, appelant au calme lors des manifestations prévues pour El Chapo.

    Polémique autour de l’article de Sean Penn publié dans le magazine Rolling Stone sur sa rencontre avec Joaquin «El Chapo» Guzmán

    Une polémique, car « le magazine a traité avec un criminel recherché pour trafic de drogue et meurtre », relève le New York Times, et Rolling Stone lui a permis de soumettre ses propos à son approbation. C’est aussi ce qui inquiète Steve Coll, doyen de l’université de journalisme de Columbia, même si le fait « d’obtenir une interview avec un criminel recherché fait partie du travail légitime d’un journaliste, quel qu’il soit ». Mais, selon Rolling Stone, Guzmán ne parlait pas anglais et ne paraissait pas préoccupé par le contenu de l’article de Sean Penn.

    La Maison Blanche s’interroge sur le rôle de Sean Penn dans l’affaire El Chapo, titre pour sa part le Washington Post. Selon l’un des fondateurs de Rolling Stone, Jann Wenner, le magazine ne sera certainement pas impliqué dans les poursuites contre Joaquin «El Chapo» Guzmán. « Ils ont eu leur homme, donc qu’est-ce qu’ils pourraient avoir de notre part ? », a-t-il demandé. Selon Wenner, El Chapo semblait avoir relâché sa vigilance lors de sa fuite, et il aurait sans doute été filé, que Sean Penn ait écrit un article ou pas.

    En revanche, certains s’interrogent sur le sérieux de l’interview

    « La rencontre de Sean Penn avec El Chapo constitue une insulte épique envers les journalistes mexicains », titre le Washington Post. L’éditorialiste rappelle que 60 journalistes ont été tués ou ont disparu au Mexique au cours des 10 dernières années. Selon Alfredo Corchado, chef du bureau du Dallas Morning News à Mexico, il y un mélange des genres : « quand vous ne poussez pas votre interlocuteur dans ses retranchements, et que vous lui permettez de soumettre l’article à son approbation, cela ressemble plutôt à un spectacle hollywoodien », assène-t-il. « Cela n’a rien à voir avec le sacrifice de beaucoup de mes collègues mexicains qui ont perdu la vie en combattant la censure ». Mais selon le correspondant de Vice, Danny Gold, Sean Penn « a fait ce que n’importe quel journaliste aurait fait s’il avait eu ce scoop ».

    Le Mexique a initié son processus d’extradition

    Les États-Unis réclament l’extradition du Chapo Guzman depuis plusieurs années. Ils veulent le juger pour des délits de crime organisé et homicide, rapporte Milenio. Le processus a été lancé officiellement par le procureur général du Mexique et pourrait durer un an. Interpol a notifié le baron de la drogue dans sa prison d’El Altiplano. Les juges devront se prononcer sur cette demande d’extradition, puis ce sera au ministre des Affaires étrangères de donner son accord, indique La Jornada.

    El Chapo a la possibilité de faire appel, souligne Milenio. El Chapo est réclamé par une Cour du Texas où ces délits sont punis par la peine de mort. Mais il a d’abord été réclamé par une Cour de Californie uniquement pour association de malfaiteurs pour importation et distribution de cocaïne, où il n’encourt pas la peine capitale.

    L’extradition d’El Chapo ne mettra pas fin au trafic de drogue

    Pour le New York Times, cette comédie autour de la capture du Chapo et de cette interview détourne l’attention des véritables malheurs auxquels le Mexique est confronté. Tous semblent en revanche d'accord pour que le chef du Cartel de Sinaloa soit extradé aux États-Unis qui le réclament. Mais « comment s’assurer qu’il ne s’échappera pas à nouveau », se demande le journal colombien El Tiempo. L’arrestation des grands trafiquants n’aura pas d’incidence sur le juteux négoce du trafic de drogue, fait-il remarquer. Car le marché et les consommateurs continueront à exister, assène l’éditorialiste.

    Pour le curé de Los Mochis (dans l’État de Sinaloa où El Chapo a été arrêté), « sans politiciens, le trafic de drogue ne prolifèrerait pas », a-t-il confié à El Debate. Le journal qui publie aussi une interview de la mère de Joaquín « El Chapo » Guzman Loera, qui elle, ne se cache pas.

    La disparition de la légende du rock David Bowie à l’âge de 69 ans des suites d’un cancer fait aussi la Une de la presse des Amériques

    « Mort d’un artiste en perpétuelle mutation », s’exclame O Globo qui revient sur les 40 années de carrière du rocker, jusqu’à son dernier album Blackstar sorti vendredi dernier, « le jour même de son soixante-neuvième anniversaire », rappelle le journal. Sa disparition est aussi en Une du journal péruvien La República « un grand du rock ».

    Le New York Times salue « un musicien légendaire, changeant à l’infini, un chanteur précurseur qui a appris à des générations de musiciens le pouvoir de la mise en scène théâtrale, des images et des personnages » qu’il s’est créés. Rolling Stone publie une longue rétrospective de la carrière du légendaire David Bowie, « une des voix les plus originales et singulières de ces cinquante dernières années ».

    « Le musicien caméléon a été une des stars du pop les plus importantes de tous les temps », renchérit le journal argentin La Nación. Enfin le Colombien El Tiempo salue « une icône du rock pour toute une génération ».

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.