GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Juin
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 1 Juillet
Samedi 2 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Venezuela: des portraits de Chavez retirés de l’Assemblée nationale

    media Les employés de l'Assemblée nationale retirent de l'édifice les photos de Hugo Chavez. L'opposition a décroché les portraits de l'ex-Président du Parlement, le 6 janvier 2016. AFP PHOTO/RONALDO SCHEMIDT

    Au Venezuela, c'était passé presque inaperçu le jour J, mais mardi 5 janvier, jour de la rentrée parlementaire, le nouveau président de l'Assemblée nationale a fait retirer de l'hémicycle les portraits d’Hugo Chavez. Dès le lendemain, les ténors du chavisme ont réagi, et cela pendant toute la semaine, pour dénoncer cette décision. La coalition de l'opposition avait remporté, le 6 décembre dernier, les élections législatives en arrachant une large majorité qualifiée.

    Pour les leaders chavistes, c'est « un acte de provocation ». Ils dénoncent tous cette décision, à commencer par le président vénézuélien, Nicolas Maduro. Lors du remaniement ministériel mercredi dernier, il s'est déclaré « indigné » et a appelé à « se rebeller » face à ce qu'il appelle « des actions néofascistes ».

    Il faut dire que le nouveau président de l’Assemblée nationale, Henry Ramos Allup, n’y est pas allé de main morte dans cette affaire. Dans une vidéo diffusée la semaine dernière et qui a fait le tour du Net au Venezuela, il avait déclaré : « Je ne veux voir ni Chavez, ni Maduro ici. Emmenez-moi tous ces tableaux à Miraflores - le palais présidentiel - ou vous me mettez ça dans les toilettes ».

    « Un faux problème »

    Désormais, les portraits sont exposés Plaza Bolivar, à 100 mètres de l'Assemblée nationale. Pour la plupart des militants réunis vendredi sur place pour s'opposer à cette décision, retirer ces tableaux est « une attaque au patrimoine et à la culture du Venezuela ». Pour autant, une centaine de personnes à peine étaient présentes, ce qui indique que le sujet ne déplace pas nécessairement des foules, mais piquent surtout au vif les ténors du chavisme.

    Face à la levée de boucliers des représentants politiques chavistes, le secrétaire de la MUD, la coalition de l'opposition, a présenté des excuses aux « millions de chavistes qui ont voté son parti le 6 décembre dernier, mais aussi à ceux qui ne l’avaient pas fait ». Ces déclarations en forme de mea culpa n’ont pas empêché l’opposition de contre-attaquer en dénonçant « une guerre des portraits » qui sert, selon le secrétaire de la MUD, « à détourner l'attention ». Un avis partagé par de nombreux Vénézuéliens. Tout comme l’opposition, ils dénoncent « un faux problème ». En revanche, ils semblent davantage choqués par le retrait de l’hémicycle d’un portrait non « classique » de Simon Bolivar, l'homme de la Libération du Venezuela, jugé « falsifié ».

    Un climat politique toujours plus tendu

    Plus que jamais, la discussion entre les deux forces politiques semble difficile, voire impossible. D’une part, le nouveau président de l'Assemblée nationale, Henry Ramos Allup, n'a donné que 6 mois à vivre au gouvernement de Nicolas Maduro avant « une sortie constitutionnelle, démocratique, pacifique et électorale pour mettre fin à ce gouvernement ».

    D'autre part, le Tribunal suprême de la justice a annoncé lundi 11 janvier que « tous les actes de l'Assemblée nationale sont déclarés nuls ». La semaine dernière, les députés chavistes avaient déposé une plainte contre trois députés de l'opposition. Ces derniers avaient été suspendus par le Tribunal suprême de la justice, mais ont tout de même prêté serment mercredi dernier dans l'Hémicycle.

    Les prochaines sessions à l'Assemblée nationale risquent donc d'être très agitées.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.