GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Euro 2016 : Portugal - Pologne 5-3 tirs au but (1-1 après prolongation). Le Portugal est qualifié pour les demi-finales.
    Amériques

    Washington transfère dix détenus yéménites de Guantanamo vers Oman

    media Manifestation d'Amnesty International devant la Maison Blanche le 11 janvier 2016, pour la fermeture de la prison de Guantanamo. REUTERS/Jonathan Ernst

    Dix anciens détenus de la prison américaine de Guantanamo sont arrivés ce jeudi à Oman. Les dix hommes sont originaires du Yémen, leur renvoi était prévu depuis plusieurs mois mais il a été rendu possible par la guerre civile qui fait rage actuellement dans leur pays. Petit à petit, la prison de Guantanamo se vide de ses prisonniers. Aujourd’hui, il ne sont plus que quatre-vingt-treize.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    Jamais, depuis 2002, avant la guerre en Irak, les prisonniers de Guantanamo n'ont été aussi peu nombreux. La centrale de haute sécurité située dans une enclave américaine de Cuba a vu passer près de 800  détenus.

    Avec le transfert de ces dix ressortissants yéménites, l'administration poursuit son but, fermer définitivement une prison qui « coûte une fortune, et représente la meilleure publicité pour les ennemis de l'Amérique », selon les propos de Barack Obama.

    Une cinquantaine de prisonniers ne sont pas libérables, car considérés comme dangereux pour la sécurité nationale. La Maison Blanche espère arriver à transférer tous les autres afin de mettre les élus devant une réalité qui fait débat ici  : que faire de ceux qui restent, faut-il indéfiniment conserver cette centrale décriée ?

    Manifestement, la Maison Blanche est décidée, dans cette dernière année de mandat, à accélérer la cadence des libérations. Et la fermeture de Guantanamo, si elle est n'est pas votée par le Congrès, peut faire l'objet d'un décret présidentiel. Une décision pour laquelle Barack Obama va peut-être manquer de temps et qui serait attaquée par le parti républicain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.