GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Aujourd'hui
Samedi 27 Août
Dimanche 28 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Obama satisfait de la mise en oeuvre de l'accord nucléaire avec l'Iran

    media Le président Obama à la Maison Blanche, dimanche 17 janvier. REUTERS/Yuri Gripas

    Moins de 24 h après l'entrée en vigueur de l'accord sur le nucléaire iranien, Barack Obama s'est exprimé depuis le Maison Blanche pour annoncer la levée des sanctions américaines. Il a également confirmé la libération de cinq Américains détenus en Iran, fruit d'un échange de prisonniers avec Téhéran.

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne-Marie Capomaccio

    La concomitance de l’accord sur le nucléaire et la libération de cinq prisonniers américains ne doit rien au hasard. La Maison Blanche insiste là-dessus : à chaque séance de négociation, le sort des Américains a été évoqué. Et très vite, des réunions sur les otages ont été organisées en Suisse, dans le plus grand secret.

    Succès diplomatique

    Pour Barack Obama, qui quitte la Maison Blanche dans un an, la réalisation de ce double objectif est un réel succès qu’il revendique, en déclarant qu'« une diplomatie forte est le symbole de ce que la négociation peut accomplir ».

    Il s'est adressé aux peuples iraniens et américains. « Je veux encore une fois m'adresser directement au peuple iranien. Après cet accord sur le nucléaire, vous, et surtout les jeunes Iraniens, avez l'opportunité de commencer à tisser de nouveaux liens avec le monde, a lancé le président Obama. A mes concitoyens, avec les progrès que nous avons réalisés, des Américains qui rentrent à la maison et l'Iran qui a renoncé à son programme nucléaire, nous avons la preuve de ce que nous pouvons réussir en alliant la force à la sagesse. »

    Les critiques en sourdine

    C’est justement sur cette philosophie que le président des Etats-Unis est le plus attaqué par ces adversaires. Les républicains ne cessent de stigmatiser une Amérique qui fait preuve de faiblesse en acceptant de « traiter avec l'ennemi en abandonnant des otages ».

    C’est sans doute pour cette raison que Barack Obama a évoqué les désaccords qui persistent entre Téhéran et Washington, les menaces contre Israël ou les nouvelles sanctions imposées aux entités qui ont favorisé le récent essai de missiles balistiques.

    La levée des sanctions et surtout la restitution d'1,7 milliard de dollars à Téhéran auraient eu beaucoup de mal à être acceptées sans la libération des prisonniers. Barack Obama ne cachait pas son soulagement et sa satisfaction lors de son intervention. Même si le répit est de courte durée, la joie des familles a obligé dimanche les plus virulents adversaires de la Maison Blanche à baisser d'un ton.


    Extrait de l'allocution de Barack Obama

    « C’est une excellente journée. Car une nouvelle fois nous montrons ce qu’il est possible d’accomplir avec une diplomatie américaine forte. L’accord sur le nucléaire est en place, des familles américaines sont réunies… Le troisième élément de ce dossier concerne le différend financier qui ainsi est résolu, ce différend remonte à trois décennies. L’Iran va récupérer ses fonds avec intérêts.

    Bien entendu, alors que nous sommes satisfaits de l’accord sur le nucléaire et que nous célébrons le retour de nos concitoyens à la maison, nous savons que demeurent de profonds désaccords entre les Etats-Unis et l’Iran. Nous nous opposons toujours vigoureusement aux déstabilisations dont l’Iran est responsable, ses menaces contre Israël, et nos partenaires du Golfe, son soutien à des groupes violents en Syrie et au Yémen.

    Et concernant son programme de missiles balistiques, nous continuerons à imposer des sanctions. Le récent test est par exemple une violation des obligations internationales de l’Iran. En conséquence, les Etats-Unis imposent de nouvelles sanctions sur des individus et des compagnies qui participent à ce programme.
    Nous resterons vigilants.
    »

    (Traduction : Anne-Marie Capomaccio - RFI/Washington)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.