GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Dimanche 25 Septembre
Lundi 26 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Les coulisses de la libération des cinq Américains par Téhéran

    media Au moment de monter dans l’avion suisse qui devait conduire les Rezaian en Allemagne, Téhéran avait refusé de laisser embarquer l'épouse et la mère (au centre) du journaliste libéré Jason Rezaian (g). REUTERS/Martin Baron/The Washington Post

    Avec la mise en œuvre de l’accord sur le nucléaire iranien et la libération des cinq prisonniers américains, les langues se délient à Washington pour raconter la longue et difficile négociation sur ces détenus. Une négociation de quatorze mois qui s’est tenue dans le plus grand secret en parallèle des discussions sur le nucléaire et qui a failli capoter jusqu’au dernier moment.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie-Capomaccio

    Quatorze mois de négociation à Genève dans le plus grand secret. Ni les familles des prisonniers, ni le Washington Post n’ont été tenus au courant, tant l’administration Obama craignait, non sans raison, un problème de dernière minute.

    « Jamais la négociation sur le nucléaire n’a été reliée à la situation des otages. Les Américains n’ont rien cédé », affirme la diplomate Wendy Sherman. John Kerry toutefois, dès le début des pourparlers, a soulevé ce problème. Et à la faveur des liens de confiance tissés avec son homologue Javad Zarif, le secrétaire d’Etat pensait l’affaire réglée à l’automne, en marge d’un sommet sur la Syrie.

    Téhéran voulait 40 prisonniers en échange

    Mais en novembre, lors d’une rencontre avec le négociateur américain Brett McGurk, l’équipe iranienne faisait monter les enchères. Téhéran demandait la libération de 40 prisonniers en échange des Américains. Inacceptable. Les négociations ont tourné court.

    A Washington, il a fallu convaincre la ministre de la Justice, très réticente, d’accepter un échange. C’est Barack Obama lui-même qui a tranché, a raconté John Kerry aux journalistes qui l’accompagnaient à Vienne, le week-end dernier.

    A Téhéran, de la même manière, il a fallu expliquer aux tenants de la ligne dure, que toutes les conditions ne seraient pas acceptées. Un accord fut à nouveau scellé à New York en décembre, entre John Kerry et Javad Zarif. C’est à la même période que l’étudiant Matthew Trevithick est arrêté à Téhéran. Le département d’Etat a craint un retour à la case départ.

    Et quand les dix marins américains ont été capturés dans les eaux territoriales iraniennes, le jour du discours de l’état de l’Union du président, le moral des négociateurs était au plus bas.

    Le dernier rebondissement est intervenu samedi, le jour de la libération des otages. Au moment de monter dans l’avion suisse qui devait les conduire en Allemagne, les Iraniens ont refusé de laisser embarquer l’épouse et la mère du journaliste Jason Rezaian. Encore une fois, c’est l’intervention du duo Kerry-Zarif qui dénoue le problème. Après douze heures d’attente et d’angoisse, l’avion a pu quitter le territoire iranien.

    → A lire aussi : L'AIEA donne son feu vert à la mise en œuvre de l'accord nucléaire iranien

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.