GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 23 Août
Mercredi 24 Août
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
Aujourd'hui
Dimanche 28 Août
Lundi 29 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: violences contre la tenue des élections en Haïti

    media Manifestation dans les rues de Port-au-Prince, le 18 janvier 2016. REUTERS/Andres Martinez Casares

    « Deux véhicules incendiés, deux stations d'essence endommagées, plusieurs pare­brises cassés : la manifestation de l’opposition a pris une autre allure », constate Le Nouvelliste. Plusieurs centaines de manifestants ont participé à cette mobilisation à Port-au-Prince contre la tenue des élections de dimanche prochain, « la première de cinq manifestations baptisées 'semaine de la rébellion' ». Violences aussi dans le nord du pays où, selon plusieurs médias haïtiens, des bureaux électoraux communaux ont été incendiés par des individus non identifiés.

    De plus en plus de secteurs de la société civile haïtienne se retirent du processus électoral. « Une journée électorale sans observateurs. Voilà ce qui se profile à l’horizon pour le 24 janvier », alerte Le National. « Les organisations de droits humains, habituellement impliquées dans l’observation des élections, ont décliné l’invitation du CEP qui les avait placées sur une liste d’organisations habilitées à observer le déroulement du scrutin ».

    Venezuela : Maduro doit détailler l'agenda économique

    Au Venezuela, le président socialiste Nicolas Maduro doit détailler aujourd'hui son agenda économique. Le chef de l'État en a fait l'annonce sur son compte Twitter, rapporte Ultimas Noticias. Sur ce réseau social, Nicolas Maduro a dit « croire en un dialogue créatif, un dialogue patriotique afin de mettre en place une nouvelle économie de production diversifiée ».

    La relance de la production nationale : c'est la principale ligne choisie par le gouvernement pour sortir de la grave crise économique qui secoue cette nation pétrolière depuis plusieurs années. « Nous allons tout faire pour éviter que la sortie de la crise soit de caractère néolibéral », explique dans les colonnes du journal 2001 le vice-président Aristobulo Isturiz. Le régime chaviste tente en effet de garantir la pérennité des programmes sociaux, financés par la manne pétrolière et qui avaient fait le succès du président défunt Hugo Chavez.

    Pour faire des propositions de sortie de crise, un Conseil de l'économie nationale débutera ses travaux ce mardi, rapporte El Universal. La mise en place de ce Conseil avait été annoncée vendredi dernier par Nicolas Maduro, quand le président avait décrété « l'état d'urgence économique » devant l'Assemblée nationale.

    L'Assemblée, qui est désormais entre les mains de l'opposition, a jusqu'à vendredi pour approuver le décret présidentiel ou le rejeter. Si la MUD, la coalition d'opposition, se dit prête à collaborer avec le gouvernement pour trouver une sortie à la crise économique, elle reproche au président de ne fournir aucune information concrète, explique Le Nacional.

    « Nous ne pouvons approuver un décret sans connaître la réalité économique », souligne un député d'opposition qui conclut : « Si le président ne communique ni des chiffres ni la nature de son agenda, nous avons forcément l'impression que l'état d'urgence économique vise avant tout à enlever à la nouvelle Assemblée nationale ses prérogatives, vitales pour l’avenir du pays ».

    Uruguay : manifestations contre défaut de paiement vénézuélien

    Les conséquences de la crise économique au Venezuela commencent à se faire ressentir dans d'autres pays latino-américains. L'Uruguay se prépare aujourd'hui à une importante mobilisation nationale. « Ce sont des producteurs laitiers qui ont lancé la semaine dernière sur les réseaux sociaux un inhabituel appel à manifester », raconte El Observador.

    Leur but : sensibiliser le gouvernement à leur situation difficile due à deux facteurs : premièrement la hausse des prix pour les services de base comme l'électricité, l'eau, le carburant ou encore la téléphonie mobile. Deuxièmement, un défaut de paiement du Venezuela. « Caracas avait conclu avec le gouvernement uruguayen un accord bilatéral pour importer des produits laitiers afin de pallier aux graves pénuries des produits de base », rappelle La Republica. Mais le gouvernement vénézuélien n'est pas capable de tenir ses engagements. « 100 millions de dollars manquent dans la caisse des producteurs laitiers uruguayens. Il est grand temps que le gouvernement intervienne », estime le journal.

    La grogne s'empare désormais d'autres secteurs de la société uruguayenne

    « Les agriculteurs, les éleveurs, les commerçants, les chauffeurs routiers, les industriels, les travailleurs et aussi les simples citoyens... tous participeront à la mobilisation nationale aujourd'hui », annonce El Pais.

    Le mouvement prévoit des opérations escargots et le blocage des principaux axes routiers. « Y en a marre de baisser la tête ! Prenons plutôt la rue ! », lance l'une des organisatrices dans les colonnes du quotidien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.