GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: l'ONU pour superviser la fin du conflit en Colombie

    media REUTERS/Carlo Allegri

    En Colombie, le gouvernement et la guérilla des FARC ont demandé à l’ONU de superviser la fin du conflit. Le processus de paix pourra de moins en moins faire marche arrière, estime Semana. Les deux parties sont bien décidées à accélérer les discussions des points en suspens et respecter le délai fixé pour la signature de l’accord final le 23 mars prochain. Nous sommes très près d’un cessez-le-feu bilatéral, renchérit El Espectador.

    Le gouvernement et les FARC se sont mis d’accord pour demander à l’ONU la création d’un mécanisme tripartite de supervision et de vérification du cessez-le-feu bilatéral et définitif. Il s’agira, explique le journal, de demander au Conseil de sécurité de l’ONU la création d’une mission politique avec des observateurs non armés pour une durée initiale de 12 mois renouvelables.

    Une mission de l’ONU certes, mais avec des membres de la Celac, la Communauté des États latino-américains et des Caraïbes. Certains posent la question du danger de l’ingérence de l’ONU, rapporte Semana, mais pour l’éditorialiste d’El Tiempo, il s’agit d’une avancée fondamentale, et il y a tout lieu de croire désormais que l’accord final passe de l’espoir à la réalité.

    Des points importants non résolus

    Parmi ces points, la question du cessez-le-feu bilatéral, mais aussi le sort des responsables de crimes contre l’humanité, en particulier ceux qui ne pourront pas être graciés, relève El Tiempo. L’éditorialiste se dit pourtant confiant dans ce mécanisme international pour mettre un terme à un conflit de plus de soixante années.

    De son côté, El Espectador indique que le gouvernement a établi cette semaine une première liste de 17 guérilleros, dix hommes et sept femmes, emprisonnés pour des délits mineurs qui pourront être amnistiés. Or, la guérilla des FARC avait donné une liste de 48 prisonniers en mauvais état de santé, se plaignant de leur traitement « indigne » en prison.

    Haïti s’enfonce dans une grave crise politique et institutionnelle à quatre jours de la date fixée pour le second tour de l’élection présidentielle

    Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans les rues de la capitale mardi 19 janvier pour dire non au second tour de la présidentielle, annonce le Nouvelliste qui publie une photo montrant des pneus en flammes au milieu de la chaussée. Pour l’instant, seul Jovenel Moïse, le candidat soutenu par le président sortant Michel Martelly se présenterait, l’opposant Jude Célestin qualifiant le second tour de « farce ».

    Le scrutin a été annoncé pour le 24 janvier, mais selon AlterPresse des sénateurs seraient en train de préparer une résolution pour demander au Conseil électoral provisoire, le CEP, de « stopper immédiatement le processus électoral ». Les membres de ce groupe veulent aussi mettre sur pied une commission d’enquête sénatoriale pour « investiguer un ensemble de décisions prises concernant le processus électoral ».

    Un navire de croisière de Royal Caribbean a fait demi-tour devant une station touristique haïtienne

    Le paquebot a fait demi-tour devant Labadie à cause d’un mouvement de protestation de riverains qui réclamaient des emplois auprès de la compagnie. Un incident que le gouvernement haïtien a condamné. Il aura à entamer un processus de dialogue au plus vite avec les riverains de Labadie, écrit Radio Kiskeya sur son site.

    Car poursuit-il, « ce grave incident a provoqué une véritable onde de choc dans les milieux touristiques caribéens et pourrait avoir de graves conséquences sur la très fragile industrie touristique haïtienne ».

    Aux États-Unis, Sarah Palin a officiellement donné son soutien à Donald Trump

    L’ancienne candidate à la vice-présidence américaine lors de la course à la présidentielle en 2008 a donc porté ses voix vers Donald Trump et pas vers Ted Cruz, pourtant issu des Tea Parties, remarque le Washington Post. Mais pour le Los Angeles Times, « on la voyait venir ».

    Sarah Palin a livré un discours enflammé dans l’Iowa où démarrent les primaires le 1er février. Mais d’autres voix du parti conservateur ont lâché Donald Trump pour se tourner vers Ted Cruz, fait remarquer le Washington Post, car selon eux, Trump est un intrus à qui il manque une véritable idéologie. Pour le New York Times, le ralliement de Sarah Palin à Donald Trump pourrait le faire remonter dans l’Iowa où Ted Cruz serait en tête. Car l’ancienne égérie des Tea Parties draine en particulier le vote évangéliste.

    Un nombre record d’accidents de drones américains

    Alors que l’utilisation des drones est de plus en plus importante dans la lutte contre le terrorisme, des documents révèlent qu’en un an, 20 drones ont été détruits ou ont subi des chocs importants qui auraient coûté au moins 2 millions de dollars de réparations, selon une enquête du Washington Post. Une série de pannes ou de problèmes électriques ont causé la perte de puissance puis la chute de 10 Reaper et 10 Predator, qui pèsent chacun 2,5 tonnes.

    Le journal relève ce problème sur le modèle le plus avancé, le Reaper, la moissonneuse, le chasseur-tueur, devenu l’arme préférée du Pentagone pour la surveillance et les raids contre l’organisation État islamique, al-Qaida et d’autres groupes armés. L’Armée n’a pas souhaité commenter l’article, assurant que les problèmes techniques étaient en voie de résolution.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.