GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 23 Juillet
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La conférence des représentants des cultes (CRC) réunit les Eglises catholique, orthodoxe, protestante, ainsi que les représentants de l'islam, du judaïsme et du bouddhisme. Le chef de l'Etat réunit ensuite (à 8h45) un conseil de sécurité et de défense avant le traditionnel conseil des ministres.

    Amériques

    Libéré, un prisonnier de Guantanamo refuse de quitter sa cellule

    media Le camp Delta, dans la base de Guantanamo. REUTERS/Bob Strong

    Mohammed Ali Abdullah Bwazir, un citoyen yéménite, devait être libéré mercredi, en compagnie de deux autres détenus, mais l’homme a tout simplement préféré rester dans sa cellule. Son avocat attribue cette décision à un état dépressif. On ne sait pas dans quel pays le détenu devait être transféré.

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne-Marie Capomaccio

    Le Pentagone avait tout préparé pour la libération de trois prisonniers de Guantanamo, mais Mohammed Ali Abdullah Bwazir a refusé de quitter sa cellule.

    Ce Yéménite de 35 ans, emprisonné depuis 2002, a pourtant mené plusieurs grèves de la faim pour protester contre ce qu’il a toujours estimé être une incarcération illégitime. Mais au dernier moment, il n’a pu franchir le pas, refusant, d’après son avocat, de s’exiler dans un pays où il n’a pas de famille.

    « C’est le jour le plus triste de ma vie », a expliqué maître John Chandler à la presse américaine. « La peur de la liberté peut s’expliquer, après 14 ans de détention en isolement », di-il.

    Le juriste savait Bwazir dépressif, et s’est employé jusqu’au dernier moment à le convaincre. Il pensait mardi soir avoir réussi, mais le prisonnier a changé d’avis dans la nuit. L’avocat se dit inquiet, car il ne sait pas quand son client se verra proposer une nouvelle opportunité de sortie.

    Le seul cas similaire concerne cinq prisonniers ouïghours, qui avaient refusé d’être relocalisés aux Maldives. Ils ont attendu plus de trois ans à Guantanamo avant d’être transférés.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.