GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Août
Dimanche 21 Août
Lundi 22 Août
Mardi 23 Août
Aujourd'hui
Jeudi 25 Août
Vendredi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    L'interdiction de la perpétuité pour les mineurs devient rétroactive

    media Environ 1000 personnes ayant commis des crimes graves lorsqu'elles étaient mineurs pourraient bénéficier de cette mesure. Photo: prison fédérale d'El Reno, Oklahoma. AFP PHOTO / SAUL LOEB / FILES

    En 2012, la plus haute juridiction américaine avait statué sur ce sujet, bannissant la perpétuité pour les condamnés de moins de 18 ans. Mais cet avis ne s'appliquait pas forcément aux personnes déjà jugées. Avec la décision rendue lundi, 1 000 personnes peuvent espérer bénéficier d'une libération conditionnelle.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    En 2012, la Cour suprême bannissait la prison à vie pour les mineurs. Les juges avaient alors expliqué que ces peines à perpétuité étaient contraires à la Constitution des Etats-Unis, qui interdit les punitions inhumaines.

    Si certains Etats ont profité de la décision pour libérer des prisonniers de longue date, la Pennsylvanie, le Michigan et la Louisiane n'ont pas appliqué de rétroactivité. Un millier de condamnés ayant commis des crimes graves à l’adolescence sont concernés dans ces trois Etats. Et c'est le cas d'Henry Montgomery.

    Le cas Henry Montgomery

    En 1963, Henry Montgomery, alors âgé de 17 ans, a été reconnu coupable du meurtre d'un policier en Louisiane. 53 ans plus tard, l'homme est toujours en prison. C'est son avocat qui a introduit le recours et obtenu gain de cause devant la Cour suprême.

    Les Sages estiment que le manque de maturité d'un condamné au moment des faits n'exclut pas, au contraire, une possibilité de réhabilitation après une très longue peine de prison.

    Le cas Montgomery sera réexaminé. Le détenu est aujourd'hui âgé de 69 ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.