GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 21 Septembre
Jeudi 22 Septembre
Vendredi 23 Septembre
Samedi 24 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le journaliste et essayiste Jean Boissonnat est mort ce dimanche à Paris à l'âge de 87 ans, a indiqué son entourage à l'AFP
    • Les Suisses disent massivement «oui» à une loi sur le renseignement qui autorise surveillance téléphonique et sur internet
    • Irak: 6 personnes tuées et 18 blessées quand un homme a fait exploser sa ceinture d'explosifs dans l'ouest de Bagdad
    • Décès à 71 ans de Joseph Sitruk, l'ancien grand rabbin de France (entourage)
    • François Hollande «reconnaît la responsabilité des gouvernements français dans l'abandon des harkis» d'Algérie
    Amériques

    A la Une: Haïti dans l’incertitude après l’annulation des élections

    media Manifestation contre le gouvernement du président Michel Martelly, le 24 janvier, à Port-au-Prince. REUTERS/Andres Martinez Casares

    « Michel Martelly veut replâtrer le CEP », le Conseil électoral provisoire peut-on lire sur le site du Nouvelliste.

    À 11 jours de la fin de son mandat, le président essaie de recoller les morceaux, car le Conseil, rappelons-le, a perdu 4 de ses 9 membres. Un proche conseiller de Michel Martelly s’explique : « Il y a eu des démissions au sein du conseil électoral, le président a fait ce que de droit en écrivant aux institutions qui avaient envoyé des membres pour leur demander de les remplacer ».
     
    Mais cela n'est pas du goût de tout le monde : « Martelly jette de l'huile sur le feu selon l'opposition », titre encore le Nouvelliste. « Le replâtrage, si ce n'est la formation d'un nouveau CEP, doit faire l'objet de négociations » confie au journal un proche de Jude Celestin. La plateforme Pitit Dessaline est plus catégorique : son secrétaire adjoint aux affaires politiques estime que « ce CEP n'existe plus » ; Assad Volcy souligne qu'il y a des discussions sur la formation d'un nouveau conseil, et sur la formation d'un gouvernement de transition. « Michel Martelly doit s'occuper d'une chose: son départ en douceur. Sinon le peuple va le chasser » conclut-il dans Le Nouvelliste.

    Aux États-Unis, Donald Trump ne participera pas au dernier débat télévisé des candidats à l’investiture du Parti républicain.

    À la veille des caucus de l'Iowa qui lancent la course pour la présidentielle 2016, le favori des sondages refuse d’être interrogé par la journaliste Megyn Kelly de la très conservatrice chaîne Fox News.
     
    Pour Politico, « Avec cette déclaration surprise Trump a trouvé une façon de se remettre directement au centre des discussionspolitiques et du circuit de l'information ». Le site rapporte également un communiqué de Fox news, indigné cette fois-ci : « Capituler face aux ultimatums des responsables politiques sur la présence d'un journaliste à un débat viole toutes les règles du métier, il en va de même pour les menaces. (...) Nous ne pouvons pas céder à l'usage de la terreur sur nos employés ».
     
    À lire dans le Boston Herald, l’analyse d’Aaron Kall. Pour ce spécialiste de l’Université du Michigan, « La décision de Trump pourrait être sa première grave erreur. Je pense que cela pourrait changer la trajectoire électorale et le débat (...) avant que les gens n’aillent voter lundi prochain » poursuit Aaron Kall, pour qui son refus de participer au débat fait apparaitre Donald Trump comme quelqu'un de « faible et de mesquin »

    Dans l’Oregon, épilogue sanglant au Parc Malheur

    L’occupation de ce parc naturel sur la côte nord-ouest des États-Unis par une milice armée antigouvernementale durait depuis trois semaines. Elle s’est terminée mardi soir lors d’une intervention policière qui a fait un mort. Huit personnes ont été arrêtées.  L’aventure a pris fin alors que le groupe se rendait à une réunion publique pour rallier des soutiens à sa cause. « Le porte-parole des occupants, Robert « LaVoy » Finicum a été tué et les autres militants arrêtés lorsque le FBI et la police de l’Oregon ont arrêté leurs véhicules à une trentaine de kilomètres de Burns » où se trouve le refuge, raconte The Oregonian.

    « Les militants, qui se présentaient sous le nom Citoyens pour la liberté constitutionnelle, étaient venus sur les plateaux glacés de l’est de l’Oregon pour dénoncer le contrôle des terres par le gouvernement fédéral et s’opposer à l’emprisonnement de deux propriétaires de ranch accusés d’incendies volontaires. La milice voulait que les terres fédérales soient remises aux autorités locales.» rappelle le Chicago Tribune.
     
    Depuis plusieurs jours, les responsables politiques locaux appelaient, eux, Washington à intervenir. The Oregonian rappelle ainsi qu'ils « s’étaient plaints de l’apparente inaction des forces de l’ordre. La gouverneure de l’Oregon s’était adressée directement à Loretta Lynch, procureure générale des États-Unis, et au directeur du FBI James Comey ainsi qu’à la maison blanche. Lundi, le juge du comté de Harney avait publiquement appelé la police à mettre fin à l’occupation du parc. »

    Le Mexique envisage de légaliser le cannabis à usage thérapeutique

    Mardi, les autorités ont lancé le premier des cinq débats régionaux prévus sur cette question. Le quotidien La Razon rapporte les justifications du ministre de l'Intérieur en ouverture de cette première session qui s'est déroulée à Cancún. « Le débat sur l'usage médical du cannabis est très important pour deux raisons. Premièrement parce qu'il semble y avoir une opinion favorable majoritaire, y compris au niveau international, sur ses bénéfices thérapeutiques. Deuxièmement parce que le gouvernement sera toujours prêt à analyser dans un esprit d'ouverture totale, comme c'est le cas aujourd'hui, des alternatives susceptibles d'améliorer la qualité de vie de la population ».
     
    EL Universal rappelle d’ailleurs qu'il s'agit aussi pour le Mexique de définir sa position en vue de la session spéciale de l'ONU sur le sujet, en avril prochain. Enfin la consommation de cannabis chez les adolescents mexicains est en hausse, et le quotidien El Economista s’en inquiète : elle serait passée de 1% en 1990 à plus de 10% en 2014.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.