GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 3 Décembre
Dimanche 4 Décembre
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 8 Décembre
Vendredi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: la Colombie et le virus Zika au cœur du sommet de la Celac

    media La présidente brésilienne Dilma Rousseff, aux côtés du président équatorien, Rafael Correa, au palais présidentiel du Carondelet, à Quito, le 26 janvier 2016. Kevin Granja/Reuters

    Dilma Rousseff a profité de la Celac (la Communauté des Etats latino-américains et des Caraïbes) en Equateur pour lancer un appel et demander que soit mis en place un plan régional pour lutter contre le virus Zika, rapporte Folha de Sao Paolo. Les pays de la Cela doivent réunir leurs ministres de la Santé pour échanger leurs expériences, indique El Universal, car ils craignent que ce virus ne soit responsable de cas de microcéphalies lorsque les mères sont infectées lorsqu’elles sont enceintes.

    De son côté, le président américain Barack Obama veut accélérer le développement d’un vaccin et d’un traitement contre le virus Zika, apprend-on dans Folha de Sao Paolo. L’Union européenne appelle les femmes enceintes à différer leur départ vers l’Amérique latine et les Caraïbes.

    Le virus s’est développé à partir du Brésil où se tiennent dans quelques mois les Jeux Olympiques, rappelle The Nation qui espère que l’héritage de ces JO ne sera pas l’expansion du virus Zika dans le monde avec cette crise de santé publique majeure.

    La mise en œuvre du plan de paix en Colombie a mobilisé les 33 chefs d’Etats de la Celac

    Le président colombien Juan Manuel Santos a déclaré à Quito que « ce sera l’ONU qui choisira les représentants » des pays de la Celac qui participeront à la surveillance de la fin du conflit en Colombie, rapporte El Universal. « Ce ne sera ni le gouvernement colombien, ni les FARC qui les choisiront », a-t-il insisté.
    Le processus de paix en Colombie a occupé une grande partie de ce sommet de la Celac, Jeffrey Feltman, secrétaire général adjoint des affaires politiques de l’ONU a même assisté à cette première journée, insiste El Espectador pour lequel « l’Amérique latine est unie pour la paix en Colombie ». La fin du conflit en Colombie devrait bénéficier à toute la région, insiste le communiqué de la Celac.

    Le président colombien a rencontré son homologue vénézuélien pour tenter de régler leur différend frontalier

    Le Venezuela avait décidé il y a cinq mois de fermer sa frontière avec son voisin pour lutter contre les trafics selon lui orchestrés par des groupes colombiens. Juan Manuel Santos et Nicolas Maduro se sont rencontrés à Quito. Ce différend n’a toutefois pas été réglé, mais « La paix en Amérique, la paix en Amérique du Sud, c’est la paix au Venezuela », a insisté Nicolas Maduro, qui a assuré que les discussions de paix entre les FARC et le gouvernement colombien ont été initiées grâce au Comandante Hugo Chávez, comme s’est empressé de le marteler aussi l’ancien président de l’assemblée nationale Diosdado Cabello, relève El Espectador.

    Le Venezuela en profité pour demander un plan anti-crise lors de ce sommet de la Celac, souligne Folha de Sao Paolo, alors que le pays fait face à de graves difficultés. D’après le FMI, l’économie vénézuélienne serait proche de l’implosion, indique El Nacional du Venezuela.

    Le président de la République dominicaine Danilo Medina assure désormais pour un an la présidence de la Celac à un moment de fortes tensions, estime El Nacional de République dominicaine. Enfin, Haïti espère pour sa part une mission des ministres des Affaires étrangères des pays de la Celac à propos de la crise électorale.

    Epilogue aux Etats-Unis dans l’Oregon : fin de l’occupation des militants armés qui étaient retranchés dans un parc naturel

    Cela faisait près d’un mois qu’un petit groupe d’agriculteurs et d’éleveurs antigouvernementaux organisés en milice armée composée de suprématistes occupaient une partie du parc national Malheur de l’Oregon, rappelle le Washington Post. Ils réclamaient la restitution des terres fédérales au peuple.

    Selon le site The Oregon, un des chefs des occupants, Jason Patrick, a été arrêté hier soir par le FBI à un point de contrôle. Hier, depuis sa cellule, le leader du groupe Ammon Bundy avait appelé les résistants à rentrer chez eux avec un communiqué lu par son avocat, indique The East Oregonian. Huit hommes avaient été interpellés, l’un d’entre eux avait été tué dans un échange de tirs avec la police il y a trois jours. Certains des hommes de la milice encourent une peine minimum de six ans de prison.

    Donald Trump n’assistera pas au dernier débat télévisé avant le caucus de l’Iowa qui se tient lundi

    Le candidat à investiture républicaine qui arrive largement en tête des sondages a décidé de boycotter le débat organisé par Fox News ce jeudi. « Donald Trump nous fait un doigt d’honneur et ses partisans adorent », titre le Washington Post. En fait, poursuit l’éditorialiste, ce que les électeurs de Trump aiment chez lui, « c’est sans doute la façon dont il se fiche des conventions politiques ». L’élection de Donald Trump à l’investiture républicaine serait pourtant désastreuse pour le conservatisme américain, prévient-il. Mais pas de souci, ironise-t-il, les élites du parti qui se tournent vers Trump « se persuadent que ses discours sur les expulsions en masse de migrants et sur l’interdiction des musulmans ne sont en fait que de grosses blagues ».
     

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.