GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une : l’Amérique latine face à l’épidémie de Zika

    media Dispersion de fumigène à Buenos Aires pour tenter d'éliminer les moustiques porteurs du virus Zika, le 29 janvier 2016. REUTERS/Enrique Marcarian

    Jusqu’à 4 millions de cas détectés en Amérique latine, titre le quotidien péruvien El Comercio. Face à l’expansion du virus, le gouvernement bolivien n’a aucune stratégie, constate de son côté le La Razon.

    Le Miami Herald nous apprend sur ce sujet que la Colombie a déjà recensé 20 000 cas. Et que le Comité international olympique prendra des précautions pour les JO de cet été à Rio de Janeiro. Selon le maire de Rio, Eduardo Paes, le virus n’affectera pas les jeux. Car on sera alors dans une période plus sèche et plus froide et ce sera plus facile de contrôler l’expansion du moustique.

    Le journal brésilien Folha de São Paulo nous apprend que les services médicaux de l’État de Pernambuco n’ont plus assez d’argent pour traiter les bébés nés avec des malformations attribuées au virus Zika. La fondation publique Altino Ventura qui dépend des subventions de l’État fédéral a déjà dû licencier une partie de son personnel. Un bloc opératoire est désactivé, raconte un responsable de cette fondation. Cela fait plus de 6 mois que la fondation ne reçoit plus d’argent public.

    Dernier débat des républicains avant le début des primaires

    Un débat qui fait la Une des principaux journaux. Pour la première fois, le candidat et favori des sondages Donald Trump a déclaré forfait. Du coup l’échange était plus courtois et même sympathique, écrit le site Politico. Le Washington Post ne partage pas cet avis. Même sans le milliardaire, le débat a parfois pris une tonalité « trumpienne ». Les sept candidats présents sur le plateau de la chaîne Fox News ont discuté sec, le ton était rude et tout le monde a promis de faire fi du « politiquement correct ».

    L’absence de Donald Trump a toutefois créé un vide, analyse le Washington Post. Un vide rempli en partie par Ted Cruz, le sénateur texan qui est au coude à coude avec Donald Trump dans l’État de l’Iowa, où débuteront les primaires lundi prochain. Et c’est donc Ted Cruz qui est devenu la principale cible de ses adversaires lors du débat télévisé, titre le Washington Post.

    Donald Trump absent, mais pas loin

    Le magnat de l’immobilier a tenu son propre meeting à seulement quelques kilomètres du lieu du débat. C’était à l’université Drake devant un public de 700 personnes, des vétérans de guerre pour la plupart. Et il a tenu à justifier son absence : « Très honnêtement, je ne voulais pas être ici, je voulais être à trois kilomètres d’ici, explique le candidat. Mais lorsqu’on vous traite mal, vous devez défendre vos droits, vous devez le faire ! »

    Donald Trump avait en fait refusé de participer au débat, car il demandait que la présentatrice Megyn Kelly soit remplacée. Ce que la chaîne Fox News a refusé.

    La mort de Paul Kantner, guitariste du groupe Jefferson Airplane

    Le monde de la musique a perdu une icône, a déclaré Neil Portnow, président de l’Académie américaine du disque. Figure mythique du festival de Woodstock, Paul Kantner était dans les années 1960 l’architecte du « San Francisco Sound », écrit le Los Angeles Times.

    C’était un géant de la scène musicale de San Francisco, renchérit le San Francisco Chronicle. Son style ? Un mélange de blues et de psychédélique. Une phrase célèbre ? : « Si vous voulez complètement vous lâcher, allez au San Francisco. Et là-bas personne ne vous remarquera »

    Raul Castro à Paris

    À l’occasion de la visite du président Raul Castro à Paris à partir de lundi prochain, Granma revient sur les relations entre les deux pays. « Deux chemins qui s’unissent », écrit le quotidien du parti communiste cubain.

    D’après Granma, qui cite le ministère des Affaires étrangères, la visite de Raul Castro est « l’expression de l’état excellent des relations bilatérales et du dialogue politique au plus haut niveau entre Cuba et la France ». 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.