GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Après le Brésil, un premier cas de virus Zika apparait en Argentine

    media Un agent municipal répendant du fumigène dans un parc de Buenos Aires, le 29 janvier 2016. REUTERS/Enrique Marcarian

    L’inquiétude grandit en Amérique latine face au virus Zika. Après le Brésil, pays le plus touché, il menace à présent l’Argentine où un premier cas a été reporté. Les autorités de santé assurent que la situation est sous contrôle, mais la prudence reste de mise. La présidente brésilienne Dilma Rousseff a appelé vendredi l'ensemble de la région à adopter une stratégie commune pour combattre la maladie, annonçant un sommet des ministres de la Santé la semaine prochaine en Uruguay.

    Avec notre correspondante à Buenos Aires,  Aude Villiers-Moriamé

    Le virus Zika s'étend en Amérique latine et menace désormais l'Argentine. Un premier cas a été détecté dans le pays. Il s'agit d'une femme de retour de vacances en Colombie. Déjà préoccupés par l'épidémie de dengue, les médecins argentins doivent maintenant s'inquiéter de ce nouveau danger, qui fait des ravages au Brésil voisin.

    Pour Javier Meritano, vice-président de Médecins du monde en Argentine, la propagation de la maladie dans le pays est proche. « Il y a un flux migratoire constant entre l'Argentine et le Brésil, pour différentes raisons, tourisme ou travail. Ce qui rend l'arrivée du virus Zika imminente. Malheureusement, pour nous ce ne sera pas une surprise », prévient-il.

    Si ce virus inquiète autant, c'est parce qu'il peut avoir de graves conséquences sur les femmes enceintes. « Quand une femme enceinte est contaminée par le virus Zika lors du premier trimestre de sa grossesse, il y a un risque que son bébé soit atteint de microcéphalie, c'est-à-dire qu'il ait une tête trop petite », explique José Moya, consultant en prévention des maladies transmissibles, à l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

    Mobilisation nationale au Brésil

    Près de 3 700 cas ont déjà été recensés au Brésil, l'un des pays les plus affectés. Trois mois après les premières alertes sanitaires, sa présidente Dilma Rousseff a réclamé une coopération entre les pays touchés dans la lutte contre l’épidémie et annoncé vendredi la tenue d’un sommet rassemblant les ministres de la Santé la semaine prochaine en Uruguay.

    La dirigeante brésilienne lance un appel à la mobilisation : « Nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour éliminer ces moustiques. Le gouvernement fédéral du Brésil mettra toutes les ressources nécessaires, humaines et matérielles, à disposition pour prévenir la maladie et éradiquer les moustiques vecteurs du virus. »

    Et d'ajouter : « Nous avons aussi besoin de la participation de la société toute entière dans ce combat qui va durer quelque temps. Nous allons aussi mobiliser nos forces armées et tous les fonctionnaires. L'Etat, les municipalités, vont aussi contribuer à cet effort. Je vous demande de mobiliser chaque employé, chaque membre des syndicats avec lesquels vous travaillez, chaque ami à l'église, chaque collègue au travail, chaque camarade à l'école, chaque membre de votre famille. »

    La situation est d’autant plus urgente pour le Brésil qu'il accueillera au mois d’août prochain les Jeux olympiques à Rio, attirant plusieurs centaines de milliers de spectateurs, d’athlètes et de membres des délégations. Dilma Rousseff s’est entretenue vendredi avec son homologue américain Barack Obama. Aux Etats-Unis, 31 personnes contaminées ont été dénombrées.

    « Les dirigeants ont convenu de l'importance des efforts de coopération pour améliorer notre connaissance, les recherches, et pour accélérer les travaux de mise au point de vaccins et autres technologies permettant de juguler le virus », a déclaré la Maison Blanche.

    Il n'existe aucun vaccin contre le virus Zika. Les médecins peuvent uniquement en traiter les symptômes, qui sont parfois si légers qu'on ne les repère pas. Les futures mamans voyageant dans les régions touchées par la maladie doivent donc être particulièrement vigilantes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.