GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 27 Juin
Mardi 28 Juin
Mercredi 29 Juin
Jeudi 30 Juin
Aujourd'hui
Samedi 2 Juillet
Dimanche 3 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    Le président autrichien, Alexander Van der Bellen, issu du parti écologiste, avait remporté le scrutin du 22 mai dernier avec 50,3% des suffrages. Seulement 31 026 votes le séparaient de son concurrent, le candidat du FPÖ (extrême droite) Norbert Hofer. La Cour pointe des irrégularités dans le dépouillement de certains suffrages. Cette décision sans précédent, qui valide le recours déposé par le FPÖ de M. Hofer, ouvre la voie à un nouveau scrutin, sans doute à l'automne.

    Amériques

    Christiane Taubira en invitée vedette à l'université de New York

    media La désormais ex-ministre de la Justice française, Christiane Taubira, a donné une conférence à l'université de New York, le 29 janvier 2016. Jewel Samad / AFP

    Près de 48 heures après sa démission spectaculaire du gouvernement français, Christiane Taubira était à New York vendredi 29 janvier pour donner une conférence auprès des étudiants de l'université de la ville. Le thème : liberté et égalité pour tous. Malicieuse, elle a entretenu le suspens sur son futur politique.

    Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

    Ce sont cinq minutes d'applaudissements nourris qui accueillent celle qui a claqué la porte du gouvernement. Christiane Taubira est venue donner une conférence à New York sur sa vision du monde devant un public très largement francophone et acquis à sa cause. Elle déroule les thèmes qui lui sont chers : la laïcité, le rôle de l'éducation, les inégalités sociales mais elle se sait attendue sur un seul thème, son avenir politique. Et visiblement, c'est une question qui fâche.

    « Je ne réponds pas à cette question parce qu'elle est nulle et non avenue. Je ne suis pas un kangourou de la pensée. C'est-à-dire le raisonnement qui consiste à passer de la présidentielle de 2012 à la présidentielle de 2017, lorsque la société et le monde sont dans cet état-là, je ne sais pas m'y résoudre et je ne ferai pas l'effort de m'y résoudre. »

    Elle assure aussi vouloir se créer de nouveaux espaces de paroles et de combats. Dans quel cadre ? Mystère. Mais elle se donne une limite : « Je resterai loyale à l'égard du président de la République pour deux raisons : la première, c'est que lorsqu'un pays est en difficulté comme la France l'est, nous avons besoin d'institutions fortes ; ensuite parce que le président de la République mérite de l'estime, et c'est quelqu'un pour qui j'ai de l'estime. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.