GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Un destroyer américain près des îles Paracels revendiquées par la Chine

    media Le navire de guerre américain USS Curtis Wilbur, destroyer multi-rôle lance-missiles, a croisé dans la zone des 12 milles nautiques d'une île revendiquée par la Chine en mer de Chine, le 30 janvier 2016. (Photo prise en août 2013 en mer des Philippines). REUTERS/U.S. Navy/Mass Communication Specialist 3rd Class Declan

    La présence, samedi 30 janvier, d’un navire de guerre américain à moins de 12 milles nautiques d’une île de mer de Chine méridionale revendiquée par plusieurs puissances asiatiques, dans un archipel contrôlé militairement par Pékin, avait pour objet, selon Washington, de démontrer que les Etats-Unis sont déterminés à maintenir la liberté de navigation dans la région. La Chine dénonce une violation de ses eaux territoriales.

    Avec nos correspondants à Washington et Shanghai, Jean-Louis Pourtet  et  Delphine Sureau

    Dans un communiqué, le porte-parole du Pentagone, Jeff Davis, précise que l’opération menée samedi près de Triton Island, dans l’ouest de l'archipel des Paracels, avait pour but principal d’assurer la liberté de navigation dans des eaux contestées et n’avait rien à voir avec les revendications territoriales de la Chine, de Taïwan et du Vietnam sur l'archipel auquel appartient cette île. Ces trois pays veulent en effet, notamment, réglementer le droit de passage des navires dans la zone environnante.

    Mais pour Pékin, le destroyer lance-missiles Wilbur a violé les eaux territoriales chinoises sans autorisation. Car pour les Chinois, aucun doute : les îles Paracels leur appartiennent. Pékin contrôle de facto ces îles depuis 1974 et la bataille des Paracels contre le Vietnam. La Chine a établi sur place, en 2012, une préfecture chargée d'administrer l'intégralité des territoires qu'elle revendique dans la région. Cette structure est installée sur Woody Island, à l'autre bout des Paracels, dans l'est de l'archipel.

    Vue aérienne de l'île Woody en 2012, lorsque les Chinois ont établi sur place la préfecture de Sansha, chargée d'administrer les Paracels et d'autres territoires de mer de Chine, dont les Spratleys. CHINA OUT AFP PHOTO

    Samedi, le ministère chinois des Affaires étrangères a appelé Washington à « ne pas saper la confiance mutuelle ». Sur un ton plus dur, le ministère de la Défense a accusé les Etats-Unis de saboter la paix avec une provocation irresponsable, de nature à entraîner des accrochages. En fait, les autorités chinoises sont de plus en plus irritées par les opérations américaines menées ces derniers mois dans la région. Car ce n’est pas la première fois que les Etats-Unis montrent leurs muscles en mer de Chine du Sud.

    En octobre, les Américains avaient envoyé l'un de leurs navires de guerre près d'îles artificielles que la Chine construit a un rythme accéléré dans les Spratleys, un vaste archipel situé très loin au sud des îles Paracels et revendiqué tout ou partie par la Chine, le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, Brunei et Taïwan. A d'autres occasions, des avions militaires américains avaient également survolé la même région, amenant là encore le gouvernement chinois à protester contre des décisions « provocatrices et dangereuses ».

    Le récif de Mischief, dans l'archipel des îles Spratleys, photographié le 8 septembre 2015. Les Chinois transforment progressivement cet atoll corallien en île artificielle. CSIS Asia Maritime Transparency Initiative / DigitalGlobe

    En mer de Chine du Sud, Pékin met régulièrement ses voisins devant le fait accompli. Sur des récifs coralliens comme Mischief, à l'est des Spratleys près des Philippines, ou encore Fiery Cross et Subi, tout à l'ouest de l'archipel, loin au large des côtes du Vietnam, la Chine a multiplié les constructions ces dernières années, notamment des infrastructure portuaires et des pistes d'aterrissage, aux yeux et à la barbe de ses adversaires régionaux.

    Washington s’inquiète de voir son principal rival économique et militaire mettre progressivement la main sur un carrefour stratégique du commerce maritime mondial, riche en ressources de surcroît. Les Etats-Unis veulent montrer qu'aucun pays ne peut limiter la navigation et le survol aérien dans cette partie du monde. Accusée de mollesse par les républicains, l’administration américaine entend s’opposer de façon plus ferme à la politique expansionniste de Pékin en mer de Chine méridionale.

    Situation de Triton Island dans l'archipel des Paracels, en mer de Chine

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.