GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Samedi 23 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Aucune solution en vue, Haïti s’enfonce un peu plus dans la crise

    media Des manifestants ont défilé, vendredi 29 janvier à Port-au-Prince, pour protester contre l'intervention en tant que médiateur dans la crise haïtienne de l'Organisation des Etats américains (OEA). REUTERS/Andres Martinez Casare

    Haïti continue de s’enliser dans la crise et l’incertitude après l’annulation du second tour de l’élection présidentielle, qui devait se tenir dimanche 24 janvier. Pour ajouter au trouble, le président du Conseil électoral provisoire Pierre-Louis Opont a annoncé ce vendredi sa démission.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

    Aucune issue à la crise électorale n'a encore été trouvée en Haïti. Le pays vit dans l’incertitude après l’annulation des élections présidentielle et législatives, qui devaient se tenir dimanche dernier. Dans ce contexte troublé, le président du Conseil électoral provisoire (CEP) a finalement démissionné vendredi 29 janvier.

    Le départ de Pierre-Louis Opont n’est une surprise pour personne, le forum économique qui l'avait nommé avait demandé mercredi sa démission. C'est désormais chose faite. Il justifie sa décision par « des événements tragiques indépendants de sa volonté », qui ont rendu impossible sa mission.

    Sa mission, c'était d'organiser des élections pouvant permettre l'installation d'un nouveau chef de l'Etat le 7 février. M. Opont enterre ainsi définitivement le CEP, très décrié et déjà affaibli par la démission de quatre des neuf conseillers qui le composaient.

    La refondation de cette instance vient s’ajouter aux nombreux points qui doivent être négociés par les acteurs politiques haïtiens. Le pouvoir exécutif, avec les partis politiques, le Parlement et la société civile, ont désormais pour mission de s'entendre sur la composition et le mandat d'un pouvoir intérimaire, étant donné que le successeur de Michel Martelly n'a pas pu être choisi faute d'élection.

    Mais l'actuel chef de l’Etat reste ambigu quant à son départ effectif de la présidence le 7 février prochain. Ses détracteurs refusent catégoriquement une prolongation de son mandat au-delà de cette date. Et certains émettent même l'idée de reprendre totalement le processus électoral de zéro, en réorganisant le premier tour de la présidentielle.

    Ingérence internationale

    Sur demande de Michel Martelly, l'Organisation des Etats américains (OEA) a décidé de dépêcher en Haïti une mission spéciale pour aider à la médiation. Une intervention étrangère perçue par beaucoup comme une nouvelle ingérence internationale dans les affaires haïtiennes.

    Les opposants les plus radicaux au pouvoir en place ont défilé ce vendredi dans les rues de Port-au-Prince, un carton rouge en main adressé à l'OEA. « Le moment est venu pour que l'on prenne le destin de notre pays en main, après 212 ans de litiges et de destructions », soutient Joenson Versailles, un des manifestants.

    « L'OEA y est toujours, pour beaucoup, dans ces conflits. Donc, maintenant, on demande à l'international de prendre ses responsabilités et laisser le pays. Je pense que c'est une honte pour Obama, en tant que président noir. Je demande à Obama de se regarder dans le miroir et qu'il nous fasse le cadeau de laisser Haïti avancer », ajoute-t-il.

    Les manifestants assurent que les différents partis de l'opposition peuvent s'entendre pour trouver une issue à la crise. Mais à huit jours de la fin du mandat du président Martelly, aucun plan n'a encore été trouvé pour gérer l'intérim, dans l'attente de nouvelles élections.

    Haïti: la crise vue de province Alors qu'à Port-au-Prince, une classe politique divisée tente de trouver un accord, dans les villes de province, la population est inquiète et craint des violences. Reportage de nos envoyés spéciaux Stefanie Schüler et Bertrand Haeckler. 30/01/2016 - par Stefanie Schüler Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.