GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 31 Juillet
Lundi 1 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Raul Castro en France pour une visite d’Etat historique

    media Le président français François Hollande avec son homologue cubain Raul Castro, à Cuba, le 11 mai 2015. REUTERS/ADALBERTO ROQUE/POOL


    Raul Castro entame ce lundi 1er février une visite d'Etat de deux jours en France. C'est la première visite d'Etat d'un président cubain en France depuis l'indépendance de l'île.

    Arrivé samedi, Raul Castro entame sa visite officielle ce lundi matin avec une cérémonie à l'Arc de triomphe. Il sera reçu l'après-midi par son hôte François Hollande avec lequel il dînera à l'Elysée. L'annulation et la reconversion de la dette par la France, et une feuille de route des investissements dans l'île, sont à l’ordre du jour.

    L'ancien président Fidel Castro était déjà venu en France dans un cadre non officiel. Son frère Raul, qui lui a succédé en 2008, a quant à lui répondu à l'invitation de François Hollande, qui a été lui aussi le premier chef d'Etat européen à se rendre à Cuba en mai dernier, quelques mois après le rapprochement de Washington et La Havane annoncé en décembre 2014.

    Signature d’un accord sur la dette

    Sur le plan politique, la France souhaite faire de Cuba un allié stratégique et une porte d'entrée symbolique en Amérique latine. Cuba peut aussi être un allié sur des questions multilatérales auprès de l'ONU, comme le climat. Le régime castriste aurait ainsi joué un rôle non négligeable dans l'accord trouvé à Paris lors de la COP21.

    Sur le plan économique, plusieurs entreprises françaises sont déjà présentes sur l'île. Mais la dette cubaine de 11,9 milliards d'euros (dont 4 milliards de dollars de créances françaises) constituait un frein aux investissements. Ce frein a été levé le 12 décembre dernier lors de l'accord du Club de Paris sur l'annulation des intérêts qui formaient 80 % de la dette cubaine.

    Héctor Igarza Cabrera, ambassadeur de Cuba en France, dresse les priorités cubaines pour cette visite 01/02/2016 - par Véronique Gaymard Écouter

    La France étant le principal créancier de Cuba, la signature ce lundi 1er février d'un accord bilatéral pour alléger le reste de la dette sera donc le point d'orgue de cette visite. Il resterait environ 360 millions d'euros qui seront en partie annulés, ou convertis en projets de développement à Cuba. Des opérations qui se feront après l'ouverture à La Havane d'un bureau de l'Agence française de développement.

    Cuba souhaite privilégier des projets dans le domaine du tourisme, des transports, de l'agroalimentaire et des énergies renouvelables, et compte sur la France pour diversifier ses relations commerciales et diplomatiques et faire évoluer la position commune de l'Union européenne.

    Jean-Pierre Bel, envoyé spécial de François Hollande pour l'Amérique latine, parle de la dette cubaine 01/02/2016 - par Véronique Gaymard Écouter

    Faire évoluer les droits de l’homme

    « Il faut investir à Cuba. Ça va permettre la prospérité, ça va permettre les échanges, ça va permettre à ce pays d’évoluer aussi, affirme Jean-Pierre Bel, envoyé spécial de François Hollande pour l'Amérique latine, dans une interview à RFI. Est-ce que c’est en mettant en place un blocus que l’on arrive à faire évoluer les droits de l’homme, la démocratie, ou est-ce en favorisant les échanges, de personnes, de biens ? »

    Il penche plutôt pour la deuxième formule. Et en la matière, en particulier en ce qui concerne la liberté de la presse, beaucoup de progrès restent à faire. « Lorsque les journalistes et les blogueurs essaient de faire leur travail convenablement, en dehors des circuits traditionnels surveillés par le régime, c’est un véritable parcours du combattant », déclare à RFI Emmanuel Colombié, chef du département Amérique latine de Reporters sans frontières, basé à Rio de Janeiro.

    Manque de pluralisme des médias, mainmise du régime castriste sur la diffusion de l’information, arrestations arbitraires de journalistes, confiscations de matériel… Cuba figure bon dernier parmi les pays d’Amérique latine dans le classement RSF 2015 de la liberté de la presse. Des sources diplomatiques françaises assurent ainsi que la question des droits de l'homme ne sera pas oubliée lors de cette première visite d'Etat de Raul Castro en France.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.